Accueil » Régions » Parachèvement du projet de la pénétrante Béjaïa Ahnif: Zaalane fait appel aux élus locaux et nationaux

Parachèvement du projet de la pénétrante Béjaïa Ahnif: Zaalane fait appel aux élus locaux et nationaux

Les travaux de réalisation du projet de la pénétrante autoroutière, qui relie Bejaïa à l’autoroute Est-ouest, longeant la rive droite de la vallée de la Soummam, sont bloqués en partie dans sa progression par le phénomène de l’opposition des riverains à l’exploitation des carrières et par conséquent à l’approvisionnement du chantier en agrégat.
C’est ce qui ressort de la visite de travail qu’a effectué M. Abdelghani Zaalane, ministre des travaux publics et des transports, avant-hier à Béjaia. Cette situation a poussé le premier responsable du secteur à exhorter «les élus locaux et nationaux à redoubler d’efforts pour permettre à l’entreprise chinoise CRCC de livrer le projet dans les meilleurs délais et d’offrir un nouvel atout économique et social à la région qui en a grandement besoin». «Les besoins du chantier de ce projet en agrégats sont de l’ordre de 1,5 million de tonnes par mois, mais en pratique, il n’est approvisionné qu’à concurrence de 100.000 tonnes mensuellement», déplore encore le ministre, qui rappel que ce manque d’agrégats «oblige le maitre d’œuvre à s’alimenter depuis les wilayas limitrophes». Rappelons que les oppositions de citoyens sont telles que des carrières d’agrégats restent toujours fermées et la pénurie d’agrégats s’est ressentie en se répercutant négativement sur l’avancée de plusieurs projets de développement. Plus d’une dizaine carrières d’agrégats et de sable ont été fermées, ces dernières années, suite à des mouvements de protestation de citoyens et le nombre de carrières qui reste encore en activité sur le territoire de la wilaya se compte sur les doigts d’une seule main. Cette situation a provoqué une véritable tension sur les agrégats et le sable et engendra un retard dans l’achèvement des projets et une augmentation du coût de transport et un retard dans l’acheminement des matériaux.
Concernant les financements de ce projet de pénétrante, le ministre a évoqué la question estimant, à ce sujet, que «toutes les situations pendantes jusqu’à avril dernier ont été honorées et que désormais rien ne s’oppose à aller de l’avant et à donner au chantier un coup d’accélérateur». Le budget de ce projet n’a pas été réduit, mais réévalué dans le cadre de la loi de finances 2018, l’élevant ainsi de 60 milliards de dinars à 126 milliards de dinars algériens. Les travaux de réalisation de la pénétrante, reliant Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest, sont aussi au ralenti au niveau sidi Aich où des tunnels sont prévus pour assurer l’évitement de cette ville.
Le chantier bloque à hauteur du Tunnel en réalisation «à cause de l’apparition inattendue de difficultés techniques à l’intérieur de l’ouvrage et en rapport avec la nature de ses sols boueux», apprend-t-on des responsables assurant que «les travaux y sont menés de façon manuelle, de sorte à garantir la stabilité du terrain et, par conséquent, la sécurité et la qualité de l’ouvrage ultérieurement». «Une fois cette portion traitée et achevée, les travaux reprendront de plus belle avec la cadence requise», affirme-t-on, en précisant que «pour parer à cette situation, et stabiliser l’ouvrage, il a fallu creuser quatre sous-tunnel dont la réalisation non prévue a impacté imparablement et négativement la progression du chantier».
L’achèvement de tout ce projet est conditionné par la fin des travaux du tunnel pour ensuite ouvrir la section allant de Takerietz à Oued-Amizour, sur une distance de 22 km. Une pénétrante qui prend le départ de la commune d’El Adjiba, dans la wilaya de Bouira, pour atteindre Béjaia, soit sur une distance de 100 km en deux fois trois voies et sera parsemé de 5 échangeurs et de plusieurs ouvrages d’art.
Deux tançons de cette pénétrante ont été déjà ouvert, le premier long de 42 km, a été, ouvert début mars de l’année dernière et deuxième tronçon, entre Akbou et Ouzellaguen, a été ouvert en octobre de l’année dernière. Avec l’ouverture déjà de ces deux tronçons, la pénétrante de Béjaïa a été livrée à moitié achevée avec 52 kilomètres sur la centaine prévue globalement. Le tracé de cette pénétrante, qui relie le port de Béjaïa à l’autoroute Est-ouest, distant de 100 Km, est subdivisé en trois sections ; Béjaïa-Amizour (32 km), Sidi Aich-Akbou (26 km) et Akbou-Ahnif sur 42 km. Et pour assurer la sécurité des usagers, un échangeur a été réalisé pour permettre aux automobilistes d’emprunter en toute sécurité cette section. Le ministre des travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane, n’a pas fixé de délai de livraison de ce projet de la pénétrante autoroutière, qui relie Bejaïa à l’autoroute Est-Ouest, mais s’est dit «optimiste quant à son achèvement dans les meilleurs délais, renforcé dans son jugement par les moyens humains et matériels engagés au niveau du tunnel de Sidi-Aiche dont 60 % des excavations et du creusement sont achevés». Lors de cette visite dans la wilaya de Béjaia, le ministre a procédé également à l’inauguration de l’échangeur des quatre chemins et de la nouvelle gare maritime, mis tous les deux en service, il y’a quelques jours, dont la réception, dira-t-il lui donne «motif à fierté».

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*