Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Danger pour enfants !?

Pôle & Mic: Danger pour enfants !?

Durant les grandes vacances scolaires, nos enfants se retrouvent «perdus» sans distraction. Certains parents en profitent pour faire travailler leurs enfants. Ces derniers jours ou semaines, à Oran, des enfants vous proposent des tas de marchandises devant les feux tricolores. Ils semblent ne pas être dérangés par les services de lutte contre le travail des mineurs. D’autres parents initient leurs enfants dans les «petits» boulots et dans le commerce. Et pourtant, les lois sur le travail des mineurs sont «claires». Autrefois en Algérie, les adolescents de pas moins de 16 ans étaient recrutés comme saisonniers dans des entreprises étatiques. Faut-il s’alarmer devant ce phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui ? Oui, il faut s’inquiéter de ce «travail pour enfants», car ces jeunes ou enfants sont issus des milieux les plus défavorisés de notre société. Ils ont, certes, besoin d’argent, mais pas pour faire «travailler» leurs enfants puisque c’est risqué. On ne sait pas où va cet argent. Un enfant de 15 ans qui gagne de l’argent, pour l’utiliser pour se droguer ou autre chose, rien que pour oublier son vécu. Il est temps de se voir dans un miroir et de dire que le vagabondage et le travail des mineurs ont pris de l’ampleur dans une société qui a mal. La pauvreté fait craindre le pire pour une société qui a peur de l’avenir. L’Etat devrait redoubler d’efforts pour lutter contre ce phénomène et aussi «occuper» nos enfants durant l’été par des programmes culturels et sportifs qui durent plusieurs semaines, pour ne pas dire des mois. Il faut être «créatif» pour lutter contre ce phénomène social et être aussi «ferme» contre tout dépassement. Il est, d’ailleurs, difficile pour les enfants de trouver de la distraction «positive» ou «éducative» pour les enfants durant les grandes vacances. Pour le travail «saisonnier» pour ceux qui ont pas moins de 16 ans, il faudra l’étudier et prévoir toute une batterie de lois pour motiver les «patrons» à en faire appel. Les communes peuvent aussi en profiter dans le cadre du nettoyage des plages, routes, infrastructures, quartiers et autres.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*