Accueil » Monde » Les Tunisiens manifestent contre les dividendes du printemps arabe: «Non au terrorisme et à la diversion» !

Les Tunisiens manifestent contre les dividendes du printemps arabe: «Non au terrorisme et à la diversion» !

Les Tunisiens sont sortis, hier, dans la capitale Tunis pour dire «stop au printemps arabe» sous des ovations de la foule qui brandit des slogans de refus de division du peuple tunisien. Cette foule nombreuse s’est réunie autour d’un ancien parti, le PDL, parti du soutien libre agréé au temps de l’ex-président, feu Bourguiba. Lors de cette manifestation tenue au boulevard Bourguiba, les manifestants entonnaient des slogans anti-division du peuple par des «anachid» révolutionnaires qui interpellent les citoyens à plus de cohésion et de solidarité, entre tous les enfants de la Tunisie. C’est une ambiance à la fois nationaliste et jusqu’au boutiste des manifestants qui sont venus tôt dans la journée pour dire toute leur détermination à rester soudés et ce, devant le siège du théâtre municipal DZ, de Tunis la capitale. Dans leurs contestations, ils réclamaient une autre Constitution par demander aux détracteurs de quitter le pays et laisser le pouvoir à ses enfants les plus intègres. Une militante scandait haut et fort que «les traîtres» doivent quitter le pays et que le terroriste ne peut plus sévir en Tunisie qui n’est pas un pays où les terroristes trouvent leur nid de prédilection. Les révoltés demandent de revenir aux sources et à la politique de liberté et d’indépendance prônée par l’ex-président Habib Bourguiba.
Même si les responsables politiques ne sont pas cités nommément, les manifestants réfutent ce qu’ils ont qualifié de complot ourdi avec les détracteurs de la Tunisie et que par contre, leur objectif reste l’unification de tous les enfants de la Tunisie. Dans ce message, la présidente du parti, Abir Moussa, a passé en revue toute la situation sociopolitique et les événements survenus dans le pays qu’elle a qualifiés de chaotique; l’emprisonnement et l’exclusion des Tunisiens qui sont souvent accusés par les tribunaux de faire dans la subversion. Pour la présidente, les derniers événements survenus sur la scène politique, entre autres, le limogeage du ministre de l’Intérieur Ecchahed, n’est que la face cachée de l’iceberg. Cette manifestante s’interroge sur les dernières déclarations du président tunisien, Gaid Essebssi, qui serait, selon elle, «incapable d’élaborer une autre Constitution», d’où l’occasion de demander son départ pur et simple pour «incompétence». Sous un soleil de plomb, les manifestants se sont mobilisés autour de la présidente du parti doustourien libre qui aurait été au centre de la politique pour avoir dénoncé la marginalisation des jeunes, après avoir tiré à boulets rouges sur le black-out de la commission parlementaire et sur ces dépassements.
Sous les ovations de la foule venue nombreuse, la présidente rend compte des affaires traitées par la justice dont celle de Ghannouchi où elle se félicite de la disponibilité de la justice à ouvrir les dossiers. Les premiers dossiers sur le terrorisme seront traités prochainement. Les manifestants exhibaient des slogans anti-pouvoir tels que «fini la récréation» ou «fini le printemps arabe» ou encore «non à la division du peuple tunisien». Ils demandent et exigent la suite qu’il faut donner aux détournements des milliards des Tunisiens.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*