Accueil » Actualité » Le Taj veut mettre les bouchées doubles pour son premier congrès incessamment: Affaire cocaïne: «nous refusons le scénario de Khalifa Bank»

Le Taj veut mettre les bouchées doubles pour son premier congrès incessamment: Affaire cocaïne: «nous refusons le scénario de Khalifa Bank»

Au sein de notre parti on ne peut spéculer sur l’affaire des 750 KG de cocaïne et son principale instigateur Kamel El Bouchi qui a défrayé la chronique judiciaire à la veille de l’Aïd El Fitr, nous confie en marge Amar Ghoul pour la simple raison que tout ce qui se dit actuellement sur cette affaire n’est que fuites et spéculations. Toutefois, «nous évitons les erreurs du passé», nous confie-t-il entre autres, l’affaire Khalifa Banque, pour éviter de jeter des personnes innocentes en prison. Pour l’heure, nous dit-il, «nous faisons confiance à la justice qui statuera sur les vrais coupables de cette affaires et sur les auteurs et leurs ramifications dans ce trafic de drogue. Dans sa sortie, hier, au siège de son état major à Alger, le président du TAJ a voulu joindre l’utile à l’agréable par d’abord présenter les veux de l’Aïd El Fitr aux membres du bureau national et à la presse tout organe confondu en cette occasion avant d’entamer sa communication. A quelques encablures de la tenue de son premier congrés constitutif, le parti veut mettre les bouchées doubles pour la réussite de cet événement d’où l’urgence de plaider en faveur de l’ensemble de toutes les forces vives du pays. Toutefois le discours de Amar Ghoul peut s’apparenter, hier, à un discours fleuve où il réitère les positions de son parti apres avoir fait un constat sans complaisance devant le cours des événements et dossiers qui meublent l’actualité internationale et nationale. Il est à retenir dans ce contexte que le président de ce parti n’a pas mâché ses mots quand il a dirigé ses critiques acerbes envers Ferhat M’Hennni et son complot ourdi avec le lobby sioniste pour porter atteinte à la sécurité et la stabilité du pays. Dans ce brève réquisitoire, Amar Ghoul n’est pas parti de main morte pour accuser M’Henni de fomenter et comploter avec les ennemis du pays avant de saluer la bravoure des citoyens de Tizi-Ouzou qui l’ont désavoué et rejeté sa stratégie celle de la création d’un Etat indépendant. Or pour le premier responsable du TAJ le peuple algérien est indivisible et refuse la séparation par saluer la position de nos concitoyens berbères sur le non alignement devant ce projet de l’ex membre fondateur du RCD qu’il qualifie de registre de commerce prêt à être sacrifié pour porter atteinte à la stabilité du pays. Sur un autre chapitre, il dira devant les présents et les membres du bureau national que la problématique de l’immigration est à prendre avec des pincettes devant ce qui se trame contre le pays d’où la position de l’UE de brouiller les pistes comme en Libye pour porter atteinte à l’Algérie. Il rejette de facto la présence de service de sécurité étranger en Algérie qui peut comploter et déstabiliser le pays comme ce fut le cas. Cependant, plusieurs défis s’imposent d’où la prudence dans la gestion des affaires politico-economico-financier et aussi culturelles. Néanmoins, il se félicite des mesures restrictives retenues dans le projet de loi de Finances complémentaire 2018 et qui allaient être retiré par le premier magistrat du pays lors du dernier conseil de ministres et qui, selon lui, allaient porter un coup fatal aux Algériens. Même son de cloche pour l’adoption par la chambre basse de la loi cadre qui sera applicable jusqu’en 2023 qui doit être accompagnée par la numérisation et son encrage dans la sphère economico-financière. Il exhibe son soutien indéfectible au président de la République concernant la problématique des futures présidentielles car, renchérit-il, «nous avons un contrat moral entre lui et nous». Il exhorte les partis acquis au pouvoir à plus de concertation avec des programmes, confrontations d’idées, conclut Amar Ghoul avant de procéder aux vœux de l’Aïd en compagnie de la ministre de l’Environnement et le président du conseil national.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*