Accueil » Chronique » Point de Vue: Les députés dans la «gêne»?

Point de Vue: Les députés dans la «gêne»?

Incroyable mais vrai, c’est le refus de la Commission financière de l’APN de la demande des députés de l’opposition sur la suppression de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour les usines d’assemblage automobile en Algérie, taxe contenue dans le Projet de loi des finances complémentaire 2018. Pour la commission, l’exonération de la TVA accordée jusque-là aux usines d’assemblage automobile «n’a profité ni à l’État, ni au citoyen». Or, cette taxe va être soutenue par le citoyen lors de l’achat d’un véhicule «made in Algeria». Cette TVA vient au moment où l’opération «Khaliha Tsadi» a pris de l’ampleur poussant les constructeurs, pardon les assembleurs, à baisser un «peu» les prix des véhicules. Cette TVA va faire flamber les prix des voitures assemblées en Algérie. Et pourtant, les constructeurs automobiles ont bénéficié de plusieurs avantages accordés par l’Etat alors que les prix de la voiture ont augmenté d’une façon «inexplicable» et «démesurée». Le citoyen «rêve» du temps où les voitures étaient importées dont les prix étaient vraiment «abordables». Les prix pratiqués par les constructeurs ont surpris le citoyen qui s’attendait à un produit de qualité et d’un prix plus qu’abordable. Pire, on parle que d’autres constructeurs seront agréés et donc plus de «devises» pour les constructeurs au dépend de la caisse de l’Etat. Déjà, on ne comprend pas pourquoi tant de constructeurs s’intéressent à notre pays comme si notre pays est devenu l’«asile» des constructeurs automobiles et cela en absence d’usines de la pièce détachée. Si l’on croit le chef du gouvernement, le prix de la voiture baissera dans quelques années. On aurait pu comprendre toutes les facilités et avantages accordés aux constructeurs si notre pays bénéficiait en retour de devises dans l’exportation ou dans l’absorption du chômage. Ce qui est certain, les députés de la coalition gouvernementale seront dans la «gêne» de voter cette mesure, car ils risquent encore de choquer le citoyen.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*