Accueil » Santé » Dangers de la consommation de tabac: Les accros du tabac et les non fumeurs !

Dangers de la consommation de tabac: Les accros du tabac et les non fumeurs !

Un tel chiffre est censé donner des frissons. Les pouvoirs publics viennent d’officialiser une nouvelle loi sur la Santé. Cette dernière interdit désormais l’usage de la cigarette dans les lieux publics et prévoyant en outre des amendes à l’encontre des contrevenants. Longtemps dans l’air, l’interdiction officielle de fumer en public, va entrer en vigueur. L’intoxication par le tabagisme monte en Algérie. Elle charrie chaque année plusieurs dizaines de personnes. L’autre face cachée du tabagisme sont les fumeurs dits passifs, ceux qui sont exposés devant les fumeurs. Ces derniers sont tout autant confrontés au même danger qui va jusqu’à la contamination des poumons quand ce n’est pas carrément la cessation subite du coeur causée par le bouchage des veines. Le président du comité de prévention et de sensibilisation aux dangers de tabagisme se veut pragmatique et tire la sonnette d’alarme. Il n’épargne pas le phénomène de contrebande des cigarettes. Incontestablement, les accros à la cigarette seront rappelés à l’ordre. Ils seront d’ailleurs sévèrement poursuivis pour atteinte à la santé des autres. Le schéma tel que prévu fait ressortir que des Comités de prévention seront installés dans les 48 wilayas. Ils seront placés sous l’autorité des walis pour agir avec fermeté. Cependant, reste que l’application concrète de cette nouvelle loi est sujette à la responsabilité des autorités, à l’échelle régionale. S’exprimant, dimanche, à l’émission «L’Invité de la rédaction» de la chaîne 3 des la Radio Algérienne, il qualifie cette loi comme une avancée notable en matière de protection des citoyens contre l’«intoxication tabagique». Le professeur Nourdine Zidouni met en relief le rôle des fumeurs dans la propagation de ce fléau. Il s’agit, en plus, d’amener les accros du tabac à ne plus fumer, parallèlement protéger la population des non fumeurs soumis à un tabagisme passif « tout aussi dangereux ». Mais avant tout, relève ce praticien, l’effort devrait d’abord tendre à responsabiliser les autorités au niveau régional, afin qu’elles facilitent l’installation d’un comité de prévention au sein de chaque wilaya, appuyé de brigades mixtes chargées de faire appliquer cette loi dans tous les espaces publics. En même temps que d’interdire la consommation de cigarettes dans ces lieux, l’intervenant n’en estime pas moins que les fumeurs devraient pouvoir y disposer d’un espace pour satisfaire leur envie, une mesure qui, note-t-il, reste à être codifiée à travers un décret d’application. Le professeur Zitouni s’en prend également à la SNTA . Elle gère des «milliers d’hectares» de culture du tabac lui permettant d’engranger «plusieurs milliards de dinars» , dira-t-il. Il cite aussi la présence en Algérie de sociétés mixtes productrices de cigarettes . Le professeur Zidouni attire , par ailleurs , l’attention sur les dangers que représente pour le pays la présence d’une contrebande activant au service des multinationales du tabac. Tout en maintenant et en développant les activités de sensibilisation sur les effets néfastes du tabagisme «enjeu majeur de santé publique», l’intervenant appelle, par ailleurs, les autorités à combattre avec force « cette épidémie sans cesse croissante».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*