Accueil » Régions » Circulation automobile à Saida: La ville suffoque

Circulation automobile à Saida: La ville suffoque

Les artères de la ville de Saida sont saturées – elles sont devenues pour les automobilistes et même pour les citoyens, un véritable casse-tête et tout le monde ne sait plus à quel saint se vouer. Saida étouffe sous le poids de la circulation routière de par un trafic automobile dépassant largement une population qui s’approche de 160.000 habitants. Selon un ancien plan d’urbanisme datant des années 60 – actuellement le centre urbain n’a pas connu de changement notable quant à la régulation d’un trafic automobile sans cesse croissant.
Les heures de pointe – la circulation automobile est telle que l’atmosphère environnante accuse un taux de pollution dépassant largement les normes- mettant ainsi à rude épreuve et les piétons et les commerces installés tels que les cafés – les gargotiers et autres services. L’autre problème crucial est relatif au stationnement .En effet, étant donné que les voies existantes ne permettent pas l’arrêt des véhicules, il est pratiquement impossible de stationner et encore moins de s’arrêter sous peine de subir le courroux des conducteurs de la file de voitures qui se forme en un clin d’oeil. Alors comment gérer mieux la circulation, s’interrogent les observateurs les mieux avertis. Prolifération de commerces de toutes sortes – baraques en forme de guérites – charrettes achalandées en produits exotiques sur la chaussée en ligne de réservation – bric à brac de marchandises étalées à même le sol et autres objets déposés sont les éléments hetéroclites qui squattent les boulevards et les rues commerçantes. Saida ploie sous le nombre de sa population et souffre d’un problème de voirie . Files de voitures à la queue-leu-leu – sirènes de véhicules prioritaites – celles de la police ou les ambulances ….Klaxons insistants – appels gutturaux. En somme, un charivari intenable atteignant les limites qui assourdissent par leurs décibels, les conduits auditifs des riverains. Des goulots d’étranglement sont quotidiennement enregistrés au niveau des carrefours et rues principales qui débouchent sur le Souk de Lamarine ou celle qui longe la mosquée El-Atik. C’est dans la perspective de mieux cordonner les différentes fonctions de l’aglomération telles la circulation – le flux des piétons – les aires de stationnement pour les Bus – Taxis que les Services de la Daïra de Saida – en collabooration avec les Elus de L’APC et la Direction des Transports, se sont réunis récemment au siège de la Daïra de Saida pour adopter un plan de circulation qui devra servir d’instrument de régulation des flux circulatoires et d’optimisation de son espace. La population devra être aussi mise à contribution à travers un questionnaire distribué aux personnes désirant émettre un quelconque avis d’ordre technique en vue de l’amélioration de son cadre de vie. Il est donc pressant de mettre en place ce plan de circulation discuté et adopté au niveau de la Daïra – car la securité des piétons est assurée.

À propos Ould Ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*