Accueil » Régions » Saïda, examen de fin de cycle – 5ème année: Un directeur d’école en retraite nous écrit

Saïda, examen de fin de cycle – 5ème année: Un directeur d’école en retraite nous écrit

«Le 23 mai dernier, les élèves de 5ème année primaire ont subi parmi les épreuves qui leur ont été proposées les mathématiques. En prenant connaissance de ce dernier sujet, j’ai décelé plusieurs erreurs au niveau de l’exercice dont voici l’énoncé: Un verger a produit 8.750 kg d’abricots et si chaque arbre a donné 35 kg, 1) Quel est le nombre d’arbres? Le propriétaire du verger a vendu 7.853 kg d’abricots à un fabriquant de confiture et le reste dans un souk. 2) Quel est le poids d’abricots vendu au souk? L’usine a produit 4.321 boîtes de confiture, qui ont été vendues à raison de 130 DA la boîte. 3) Quel est le prix de vente des boîtes de confitures?». Poussant plus loin son raisonnement, il explique avec des mots simples qu’il y a eu erreur car pour lui « les mathématiques sont tout ce qui est relatif à la science des nombres et tout ce qui résulte de qualité propre au raisonnement déductif, rigoureux, exact avec une précision mathématique », dira-t-il avant d’ajouter: « Mais comment inculquer cet esprit scientifique à nos enfants quant nous les enseignants manquons de logique ! Pour ce qui est des anomalies décelées dans cet exercice, notre directeur d’école, un homme fortement apprécié dans la wilaya de par son sérieux et sa passion pour l’école, a été curieux de savoir quel est le poids d’une boîte de confiture: Réponse: notre directeur d’école en retraite a commencé par convertir le poids des abricots destinés à l’usine en grammes: 7.853 kg = 7.853.000 grammes et pour trouver le poids d’une boîte de confiture, il a divisé 7.853.000 g par 4.321 boîtes et il trouva 1.817 grammes avec un reste de 1.743 grammes. Alors, il s’est posé la question et elle concerne aussi les autres enseignants: «Sur les marchés d’ici et d’ailleurs, existe-t-il des boîtes de confiture d’abricot pesant chacune 1,817 kg ? Deuxième anomalie: le prix de la boîte de confiture est de 13O da. Question: Est-ce qu’une boîte de confiture de 1,817 kg coûte 130 DA ? Non, bien sûr, la boîte de 500 grammes coûte 80 DA et la boîte d’un kilogramme est de 160 DA. Selon Mr Aouar Abdelkader, puisque c’est de lui qu’il s’agit, «l’école est le lieu par excellence où se donne l’instruction élémentaire. Lorsqu’on dit de quelqu’un qu’il faut le renvoyer à l’école, c’est pour lui faire sentir son ignorance et en ce qui concerne le nombre de 35, chiffre qui représente la production annuelle d’un abricotier est en deçà de la moyenne puisqu’une recherche sur GOOGLE a révélé qu’un abricotier produit en moyenne entre 40 et 50 kg par an». Selon lui, il aurait été plus judicieux de poser le problème d’une manière plus réfléchie comme ceci: Le propriétaire du Verger a vendu 7.853 kg d’abricots à un opérateur économique d’une usine de confiture qui a produit 15.760 boîtes de confiture qu’il a revendu par la suite au prix de 65 da la boîte (la boîte coûte 😯 DA au détail, au prix de gros nous avons vu le prix à la baisse, alors d’où avons-nous sorti le nombre de 15.760 ? En convertissant 7.853 kg en grammes ce qui a donné 7.853.000 grammes qui sont divisées par 500 g pour trouver le nombre de 15.760 boîtes. Cela aurait été plus logique et l’auteur de ce problème ne se serait pas exposé à la critique. Telle est la déclaration de M.Aouar Abdelkader qui totalise à son actif plus de 38 ans d’expérience dans l’enseignement et qui en conclusion, il nous a prié de rapporter cette expression qui le tient à coeur et qu’il adresse au département de la Ministre Benguebrit pour méditation: «La critique constructive est un cadeau de très grande valeur qu’il faut savoir accepter pour celle ou celui qui la reçoit. Ce n’est ni une insulte ni une dévalorisation mais un simple moyen d’améliorer la qualité de l’enseignement que nous dispensons à nos enfants… ou mieux encore…la critique est un levier de progrès». Alors, quand allons-nous cesser de prendre l’enfant comme une page blanche sur laquelle on peut tout graver? Mais que voulez-vous que je fasse et sans aucune prétention quand je suis resté plus de 38 ans au service de l’école, je ne peux y rester impassible devant le spectacle qu’offre l’école et son agonie programmée par des forces rétrogrades. Au passage, je profite pour saluer votre Journal de m’avoir donner cette occasion pour dire ce que j’avais sur le coeur sur les enjeux, les subterfuges et l’école d’aujourd’hui».

À propos Ould Ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*