Infos
Accueil » Oran » APC Béthioua: 34 départs en retraite, 5 démissions et toujours pas de déblocage de poste

APC Béthioua: 34 départs en retraite, 5 démissions et toujours pas de déblocage de poste

La commune pétro industrielle de Béthioua fait face à un épineux problème de récupération de postes vacants suite à un déficit d’effectifs causé par 34 départs en retraire outre cinq démissions enregistrées durant l’année 2018, a-t-on appris de sources sûres autorisées. Cette terrible situation n’a pas été sans pénaliser le service public notamment au niveau des localités limitrophes telles que Arassa Houaoua Araba et Granine où un besoin pressant en termes d’agents communaux polyvalents, se fait, ces dernières semaines, nettement sentir sur le terrain selon les responsables de cette commune qui a du mal à profiter de son plan gestion en raison de blocage de récupération de postes. «Les postes sont actuellement gelés d’autant plus qu’on ne se permet pas de récupérer les postes des effectifs de travailleurs sortis en retraite», a regretté jeudi le maire Semghane Mohamed. Il va sans dire que par le manque en nombre suffisant d’un effectif masculin de travailleurs capables d’assurer des opérations de routine, mise à niveau, comme le désherbage, l’élagage, le curage ou l’assainissement, semble avoir eu ses effets sur certaines localités en question, notamment Arassa où, faut-il le rappeler, le wali d’Oran, Mouloud Chérifi, avait eu l’honneur de distribuer près d’une centaine de logements décents dans le cadre du programme d’éradication de l’habitat précaire reconverti par la suite en social à l’indicatif de la daïra de Bétioua. Il faut reconnaître que cette commune, malgré ses efforts dans la distribution du couffin de ramadhan (ndr 2100 couffins distribués), l’insertion à l’emploi ( 80 femmes de situation précaire intégrées dans les 10 établissements scolaires existants selon le dispositif contractuel), l’assainissement , les relogements (400 logements en cours à Arassa et 350 autres de l’OPGi), il n’en demeure pas moins que certains services névralgiques de cette commune ont besoin d’un effectif masculin. Ce manque de personnel de mise à niveau a priori induit par l’incapacité de récupérer les postes de retraite, pèse lourd sur cette commune qui nourrit des espoirs sur une intervention du wali «pour débloquer les postes restés vacants» ont estimé certaines sources de cette commune.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*