Accueil » Chronique » Point de Vue: «C’est l’occasion ou jamais»

Point de Vue: «C’est l’occasion ou jamais»

C’est quoi en fait, squatter un espace public, dont la propriété revient de droit à la communauté nationale. En l’absence de l’Etat afin de mettre un terme à ces extravagances, que l’on constate un peu partout, il aura suffi de s’armer de deux choses pour pouvoir pendre – pour ne pas dire s’accaparer- de ce que l’on veut et ce qui nous plait : D’abord, avoir le bras long dans les hautes sphères de l’Etat ou bien avoir beaucoup d’argent en vue d’arroser et prendre ce que l’on désire… Devant ces deux facteurs, même la plus décisive des lois ne peut résister. Chaque jour, l’on lit sur les colonnes de la presse ou bien l’on regarde sur les chaînes TV des anecdotes relatant des cas où l’on avait osé au grand jour squatter des terrains ou autres propriétés foncières, qui relèvent des domaines publics et parfois même privés.. Mais qui contrôle qui, disait l’adage hérité de l’ère socialiste et qui jujera qui, dans un simulacre d’Etat de droit… Les gangs s’adonnant à ce genre de comportement bravant les lois et les Institutions de la république, appliquent à la lettre le mot d’ordre: «c’est l’occasion ou jamais» et puis? «Sauve qui peut !» répliquerait un autre mot d’ordre. Ces choses sont normales dans «la république du miel et de l’impunité». La corruption a toujours existé en tout lieu et tout moment … Oui, certes, mais avec des degrés maîtrisables et sans se transformer en un vecteur de destruction- à petit feu- de l’entité politique. Ceux ayant étudié l’Histoire de la grandeur et de la chute des nations, reconnaissent bien le rôle dévastateur de la corruption – et dérivés, népotisme, passe-droit, clanisme…etc.-, lorsqu’elle prend des proportions dépassant l’entendement. Lorsque tout s’achète au prix de l’argent, il n’y aura plus de place pour le droit et la justice… Lorsque quelqu’un prend injustement ce qui ne lui appartient pas, c’est une autre partie qui va être lésée dans ce qui doit lui revenir de droit.. Cette autre partie pourrait être « publique » – pas forcement du Beylik- mais pourrait aussi être du privé. Prendre un foncier quelque soit sa nature, n’est pas moche en soit. Mais, pourvu qu’il soit pris légalement dans le cadre des lois de la république. C’est d’ailleurs, ce qui fait la différence entre «l’usurpation» et «l’octroi légal» …C’est en somme dans le cadre juridique.

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*