Accueil » Oran » Division des affaires économiques de l’APC d’Oran: Une stratégie mise ne place pour renflouer les caisses

Division des affaires économiques de l’APC d’Oran: Une stratégie mise ne place pour renflouer les caisses

Après les espaces verts qui font honneur à l’APC d’Oran, un riche programme est en train de voir le jour avant les Jeux Méditerranéens 2021 et bien d’autres prestigieux événements qui attendent la ville du Saint Patron Sidi Lahouari. La division des affaires économiques (DAE) de l’APC d’Oran fait actuellement un travail titanesque pour renflouer les caisses de la plus grande commune d’Algérie. Le directeur M.Lazreg Belkadi, tout comme le délégué et vice-président M. Benabdellah Belarbi, joue un rôle essentiel dans l’échiquier du maître et P/APC M. Nour-Eddine Boukhatem. En effet, cette division qui ne renferme que 176 travailleurs, est en manque d’effectifs vu les 33 marchés et autres missions qu’elle effectue quotidiennement. Le directeur M.Lazreg Belkadi nous indique: «Nous avons élaboré un système de polyvalence, et ce, suite aux instructions de M. le Boukhatem le Maire d’Oran qui veille quotidiennement à la bonne marche de la DAE. Il est impératif de vous signaler que nous avions réussi à faire rentrer 14 milliards de centimes durant cet exercice 2018 qui n’est pas encore terminé par rapport à l’année écoulée 2017 où il y avait une entrée de 8,300 milliards de centimes. Notre objectif est d’atteindre les 20 milliards de centimes». Par ailleurs, concernant les courtiers qui jugent excessifs les droit d’entrée au nouveau marché des véhicules ouvert depuis le 8 mai dernier. « Il est vrai que pour le moment, il n’attire pas grand monde vu que l’APC d’Oran misait gros sur cette initiative pour renflouer nos caisses. Mais nous sommes en période d’essai. A signaler également que les agents de la sûreté urbaine nous aident à éradiquer une fois pour toutes les marchés informels de vente de voitures tels que l’hippodrome, Akid ou autres. Il faut être patient et travailler davantage». Ce nouveau site réaménagé par l’APC d’Oran sur les espaces des anciens abattoirs, est fin prêt pour accueillir les usagers: un parking de 600 places, des toilettes publiques et une salle de prière ainsi que les locaux de gardiennage. Une cafeteria privée a été également ouverte dans ce marché. Les courtiers exigent une diminution des prix d’entrée. Toutefois, son accès est soumis à une taxe fixée selon un barème établi par la Division des Affaires Économiques de l’APC. Les tarifs fixés par l’administration communale varient selon la catégorie. Pour les véhicules de tourisme, le droit d’entrée au parc de grande capacité est établi à 200,00 DA, pour les véhicules légers. Pour les véhicules utilitaires et les camions, la taxe est fixée à 500,00 DA et les engins de travaux publics à 800,00 DA. Quant aux motocyclettes et les vélos, la redevance est fixée à 100,00 DA. Les horaires du travail sont de 8h30 à 20h00 tous les jours sauf le vendredi qui est de 3h30 à 21h00 hors Ramadhan. Approchés, des courtiers soulignent qu’une baisse du prix d’entrée au marché des véhicules à 100 dinars, par exemple, rendrait l’accès facile à tout le monde. L’APC d’Oran, et à sa tête M. Nour-Eddine Boukhatem, a toujours été à l’écoute de leurs citoyens. Pour remettre un peu plus d’ordre dans la cité, un arrêté du maire met fin à cette anarchie du stationnement informel vécu ces dernières années par la présence de marchés spontanés de vente de véhicules d’occasion, occupant la chaussée et les trottoirs de certains quartiers. L’APC compte réaliser des locaux administratifs pour la délivrance, sur place, de documents de vente. Le problème lié au manque de plaque d’orientation pour informer les clients de la direction à prendre pour l’entrée et la sortie du marché a déjà été étudié avant son ouverture que même sur toute l’avenue des Martyrs, des panneaux de signalisation seront disponibles. Pour le volet sécuritaire, le problème a déjà été posé et les solutions existent. La division des affaires économiques (DAE) participe d’une certaine manière aux vœux des Oranais afin d’évacuer des quartiers de cette excroissance qui n’apporte que des désagréments aux riverains, au marché de l’immobilier et à l’environnement. Sans oublier les recettes qui peuvent être engrangées si ce marché réglementé conçu pour l’activité, est utilisé à bon escient.

À propos N.Benaouda

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*