Accueil » Régions » Saïda, 1500 policiers mobilisés durant tout le mois: Un Ramadhan sous haute surveillance

Saïda, 1500 policiers mobilisés durant tout le mois: Un Ramadhan sous haute surveillance

Tous les services des différentes sûretés urbaines de la sûreté de wilaya ont été mobilisés depuis le 1er Jour du mois de Ramadhan pour assurer la sécurité des citoyens et des biens au niveau des lieux publics à grande affluence tels les marchés, les places publiques et à la sortie des mosquées et ce,pour faciliter le mouvement des usagers de la voie publique et sécuriser les riverains, lit-on dans le communiqué de presse de la cellule de cpmmunication de la sûreté de wilaya. Il faut dire que le Chef-Lieu de wilaya est très fréquenté après la rupture du jeûne. Ce redéploiement des forces de police a été bien accueilli par les citoyens vu que toute la ville est surveillée par les policiers en tenue et en civil. A ces mesures inhabituelles viennent s’ajouter aux multiples barrages dressés par les policiers et les gendarmes en différents endroits où des fouilles systématiques sont pratiquées. Par ailleurs, pour ce qui est de la permanence durant tout le mois de Ramadhan, alors là c’est une autre saveur ! car tout le monde n’a pas le loisir de pouvoir se retrouver autour de la Meida du f’tour en famille au moment de la rupture du jeûne car en ce mois de carême, il y a des personnes que le devoir empêche de goûter à cet instant de satisfaction et de quiétude, car contraints de rester à leurs postes comme en période normale. C’est le cas de toutes ces personnes chargées de veiller à la sécurité des citoyens et ces personnes-là, ce sont les policiers, gendarmes, éléments de la Protection civile ainsi que le Corps Medical qui rompent leur « jeûne » avec une quelques dattes et un verre de lait pour marquer cet instant. Toutes ces personnes méritent le grand respect pour leur sens de devoir. Alors ne les accablons pas davantage !

À propos Ould Ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*