Accueil » Actualité » 10 millions de qx de légumes et de fruits et près de 8 millions de tonnes de viandes: La grande «bouffe» de Ramadhan

10 millions de qx de légumes et de fruits et près de 8 millions de tonnes de viandes: La grande «bouffe» de Ramadhan

Que se passe-t-il sur nos marchés ? Pourquoi aussi une telle hyperthermie des achats digne d’une « fin du monde » ? Décidemment, le compte à rebours de la grande insatiabilité des ménages, a sonné. A voir le rythme des achats en frénésie dans les marchés, on ne se croirait pas pourtant en temps des vaches maigres. Le commun des mortels est perplexe mais pudique devant les conduites des consommateurs qu’aucun serment ne saurait convaincre. C’est en effet le temps de la grande « bouffe » du ramadhan. Elle recommence et charrie avec elle les dépenses rationnelles. Les avis des experts sont unanimes. Les augmentations des achats la veille du mois sacré sont à l’origine de la montée des prix. Paradoxalement, les produits sont disponibles et aucun signe de perturbation d’approvisionnement n’est palpable. Ce qui renvoie à penser que c’est le mois où les règles du commerce semblent bafouées par les spéculateurs. On consent à admettre que tout est chamboulé dans la chaîne commerciale durant ce mois principalement, l’attitude du consommateur qui contribue, par son comportement irréfléchi, qui n’a de sens que celui de favoriser la spéculation et ce, malgré les assurances et les dispositions prises par la tutelle afin de garantir la disponibilité des produits au cours du mois sacré. Il n’aura pas de pénurie durant le Ramadhan, assure le ministère de commerce. Ce faisant, rien ne justifie les prix actuels de certains produits sur les marchés aidés en cela par le comportement pour le moins bizarroïde des acheteurs. Sur la base des experts agricoles et des représentants de marchés de gros, le président de l’Association des commerçants et artisans annonce la couleur. Il prédit que les ménages vont, durant le mois de Ramadhan, consommer quelque 10 millions de quintaux de fruits et de légumes et environ 8 millions de tonnes de viandes pour calmer leur appétit. Ces arguments a priori plausibles vont de paire avec le début des récoltes. A en croire M. Hadj Tahar Boulenouar, compte tenu du début des récoltes des produits agricoles de pleine saison, il ne sera, en outre, observé aucune pénurie durant ce mois sacré et bien au-delà. Il prend la précaution de se fier aux «opérateurs eux-mêmes». Il croit utile d’assurer que la quantité des produits alimentaires stockée «est largement suffisante» pour parer à des ruptures d’approvisionnement inopportunes après un jeun prolongé. M.Hadj Tahar Boulenouar qui intervenait mercredi durant l’émission «l’Invité de la rédaction» de la chaîne 3 de la Radio Algérienne a été catégorique. Il croit utile de souligner que les dispositions prises par le ministère de l’Agriculture, celui du Commerce, les autorités locales et les associations professionnelles tendent à assurer l’approvisionnement du marché, la «stabilité des prix» et à contrer «toute manœuvre spéculative». Il a également commenté la persistance du phénomène de spéculation. Un phénomène qu’il impute à l’absence de marchés de proximité et au «déséquilibre du mode de consommation» qu’il explique par une instabilité de la demande. D’après M. Boulenoir, ce sont les augmentations d’achat de produits alimentaires observées, comme chaque année, à la veille du mois de Ramadhan qui, par contrecoup, provoquent la hausse «temporaire» de leurs coûts. Commentant le rôle néfaste joué par le marché informel, «un fléau social et économique», le représentant des commerçants et artisans l’accuse d’entretenir une concurrence déloyale, de bloquer les investissements et de faciliter l’écoulement de produits contrefaits ou périmés. Parmi les raisons encourageant la persistance des tenants de l’informel, celui-ci met en avant le faible nombre de marchés de gros et de détail (1.700) alors qu’il en faudrait entre 2.500 à 3.000, «particulièrement ceux de proximité».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*