Accueil » Oran » Nouveaux relogés à Belgaid: «Où ferons-nous nos emplpettes ?»

Nouveaux relogés à Belgaid: «Où ferons-nous nos emplpettes ?»

Les nouveaux relogés des quartiers 1.500 logements et d’autres limitrophes, au niveau de la localité de Belgaid, ne savent plus à quel saint se vouer, en particulier lorsqu’il s’agit de s’approvisionner en denrées de première nécessité. Le malheur de ces habitants s’accentue durant cette période où il est difficile d’être privé de lait en sachet, un produit essentiel pour les enfants et même pour les adultes. Il faut dire qu’il faut se lever tôt le matin pour espérer revenir at home avec ce fameux sachet, étant donné que les locaux commerciaux ouverts sont situés loin de ce quartier tandis que ceux présents n’offrent qu’une petite quantité, alors que la demande dépasse de loin ce qui est disponible. Il s’agit de locaux commerciaux, abandonnés par les propriétaires ou quasiment pas encore distribués par les services de l’Etat. L’on se demande comment une localité de l’envergure de Belgaid qui accuse des manques dans tous les domaines, abandonne des locaux qui peuvent abriter des dizaines d’activités. «Des locaux de dimension réduite sont fermés au grand dam des résidents, lesquels ne servent plus à rien», déclare un citoyen qui n’a pas mâché ses mot pour pointer du doigt les autorités locales qui selon ses dires, ne font rien pour permettre à cet endroit d’émerger sur le plan socioéconomique. Un gâchis dont personne ne prend la responsabilité et que seuls les résidents payent la nonchalance de certains propriétaires et responsables communaux qui ont fait de ces locaux, une partie du décor qui ne sert à rien. Pour certains, ces locaux devaient être attribués à des jeunes chômeurs de la région qui pourraient gagner leur vie en ouvrant des petits commerces. Une idée que tous saluaient surtout que la localité a connu une forte expansion démographique. Une chose est sûre, le Ramadhan s’annonce des plus difficiles pour les nouveaux résidents qui devront faire leurs emplettes loin du quartier au risque de rester sur leur faim.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*