Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Pourquoi et de quel droit ?

Pôle & Mic: Pourquoi et de quel droit ?

Parfois, l’Algérien est sidéré en lisant des informations rapportées par une certaine presse écrite. Des informations qui sont souvent «incomplètes». un quotidien national vient de rapporter que le jeune qui a lancé l’opération «Khaliha Tsadi», soit «laisse la rouiller», aurait été appréhendé et arrêté par les services concernés. Le quotidien n’apporte pas trop d’information si le jeune aurait été lâché ou s’il serait poursuivi par la justice. Une information qui laisse croire que le jeune aurait «commis» un crime contre l’économie nationale alors que cette opération «khaliha tsadi» n’a pas porté un coup ni à la stabilité du pays, ni à l’économie nationale. Alors pourquoi ce jeune a été arrêté ? qu’est-ce qu’on lui reproche d’autant que c’est une opération «pacifique» où le jeune ne s’est pas attaqué aux «symboles» de l’Etat? L’information de son arrestation a enflammé les réseaux sociaux, mais les institutions de l’Etat n’ont ni démenti, ni confirmé l’information. Or, d’habitude, la gendarmerie comme la DGSN réagissent très vite et démentent souvent les rumeurs. Même les services de la justice n’ont pas dit mot. Pourquoi ce silence alors qu’il porte préjudice à l’image tant de l’Etat qu’au pouvoir. Les services de sécurité comme d’autres institutions sont dans leur droit d’enquêter sur les origines des opérations de boycott d’achat de certains produits et s’ils trouvent un «hic» ou autre chose pouvant porter atteinte à la stabilité de l’Etat, la justice est saisie et c’est à elle de statuer. Mais là, on sent que le pouvoir perd la face et aurait peur que d’autres opérations soient lancés dans le futur. Déjà l’opération «Khaliha tsadi» a fait fureur et son impact a dépassé nos frontières. L’opération «Khaliha Tsadi» a comme «réveillé» les Algériens sur la cherté des voitures assemblées en Algérie. Il faut dire que la voiture en Algérie est chère, pour ne pas dire trop chère. La cherté de la vie avec l’augmentation des prix de presque tous les produits fait craindre le pire.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*