Accueil » Actualité » Message du président Bouteflika à l’occasion du 19 mars «La fête de la Victoire doit nous inspirer…»

Message du président Bouteflika à l’occasion du 19 mars «La fête de la Victoire doit nous inspirer…»

La confrontation des programmes des partis politiques doit être la cheville ouvrière de ce mouvement. Le 19 mars 1962 est une date charnière de la vie politique du pays. Il a été la préparation du recouvrement de l’indépendance. Une célébration mise évidence par le Président de la République pour appeler les algériens « à contribuer au mouvement démocratique pluraliste ». Cette date, on le sait a, connu une confrontation d’idées lors des fameuses négociations d’Evian entre le groupe de la délégation algérienne du FLN menée par feu Krim Belkacem et la délégation coloniale conduite par Louis Joxe. L’histoire retient avec force conviction que les négociateurs algériens au côté de Saad Dahleb, Sedik Benyahia et Belehrouf, ont fait preuve d’une maturité politique hors pair qui a surpris De Gaulle concernant notamment le dossier du sahara algérien sur lequel, ils n’ont fait aucune concession. Le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika fait bien d’insister, en ce jour mémorable, sur la «diversité» et sur la «confrontation des programmes politiques». Le 19 mars, est avant tout, une Victoire du combat politique. Il doit inspirer d’autres victoires comme celles contre le sous développement et les difficultés financières. Bouteflika a appelé lundi tous les Algériens à contribuer au mouvement démocratique pluraliste dans le pays en plaçant l’Algérie et les intérêts suprêmes de son peuple au dessus de tout autre considération. C’est l’attachement du peuple à sa terre et à son histoire qui est le socle. Le président s’exprimait dans un message lu en son nom par le ministre de la Justice, garde des sceaux, Tayeb Louh à l’occasion de la célébration de la fête de la Victoire (19 mars) dont les festivités officielles se déroulent à Nâama. L’histoire de la révolution ne doit pas donc faire faux bond sur le 19 mars. Le chef de l’Etat a estimé que « la scène politique doit connaître une diversité, une confrontation de programmes et une course au pouvoir. « Notre pays est capable de relever le défi et sortir indemne des situations financières difficiles » dit Bouteflika. Cependant, le devoir de tout un chacun de contribuer à ce mouvement démocratique pluraliste en plaçant l’Algérie et les intérêts suprêmes de son peuple au dessus de toute autre considération ». Il a évoqué les défis de l’heure, il a estimé « nécessaire que notre société continue à promouvoir la culture des droits et des libertés et la préservation de ses intérêts collectifs et suprêmes ». « J’exhorte tous les enfants de ma patrie à suivre l’exemple de nos glorieux chouhada et de nos vaillants moudjahidine et à méditer les différents évènements que l’Algérie a surmonté avec succès depuis le recouvrement de notre indépendance et de notre souveraineté nationale », ajoute Bouteflika. Il se dit convaincu que « notre pays est capable de sortir, indemne et victorieux, de nos difficultés financières actuelles et conjoncturelles ». « La fête de la Victoire doit nous inspirer d’autres victoires sur le sous-développement, la régression et la division pour surmonter les crises et les situations difficiles à travers le resserrement des rangs et la mobilisation des énergies et en prenant exemple sur nos glorieux ancêtres pour la préservation de l’unité nationale et la souveraineté de nos décisions, dans tous les domaines, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur », a insisté le premier magistrat du pays. Il qualifie de « mémorable » la journée qu’a vécue, un 19 mars il y a cinquante-six ans, le peuple algérien. Il estime que « ce parcours historique, foisonnant de soulèvements, de révoltes et de lutte a abouti à une maturité politique qui a forgé une profonde conscience nationale à l’origine du déclenchement d’une grande révolution, saluée à ce jour par la majorité des peuples du monde et glorifiée par le peuple algérien ». Le Chef de l’Etat a affirmé que « le colonialisme n’aurait pas accepter de s’asseoir, d’égal à égal, à la table de négociations sans la fermeté de la Révolution et la foi de ses dirigeants dans le droit légitime de leur peuple à disposer de lui-même et à imposer l’indépendance », ajoutant que « les Algériennes et Algériens peuvent s’enorgueillir de leur histoire et renouer avec la confiance en soi en étant fiers de leurs exploits et réalisations. Ils doivent protéger ce legs prodigieux car de lui dépend leur grandeur et leur prospérité ainsi que la préservation de leurs droits moraux et matériels ». Pour le Président Bouteflika, « l’esprit de la Révolution de Novembre et l’attachement du peuple algérien à une indépendance complète, non réduite, a conduit l’Algérie à la nationalisation progressive des biens de notre peuple, spoliés par le colonialisme, à commencer pas les terres agricoles, les mines et enfin les hydrocarbures, une réalisation accomplie en moins d’une dizaine d’années ». « C’est cet esprit nationaliste élevé qui a présidé le processus de construction et d’édification qui à distingué l’Algérie et fait d’une ancienne colonie sous-développée sur tous les plans, un pays prospère en termes de savoir, d’industrialisation et de progrès socio-économique, a-t-il affirmé. Il ajoute que « telle est l’Algérie indépendante, fruit de la victorieuse Révolution de Novembre mais également de la fête de la Victoire que nous célébrons aujourd’hui. Il rappelle, plus loin, que « l’extraordinaire processus » de l’Algérie indépendante a été impacté par des bouleversements économiques mondiaux, puis par une douloureuse tragédie nationale, il a souligné que « le vaillant peuple algérien, toujours mû par l’esprit de Novembre, a su mobiliser ses énergies et forces de lutte et de résistance pour préserver l’Etat algérien indépendant ». Le président de la République a mis en avant dans ce sens « le rôle crucial » des moudjahidine et de l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), dans la consécration de cette résistance et dans la protection de la République Algérienne Démocratique et Populaire. Et d’ajouter que « l’Algérie a repris le processus de construction et d’édification en s’inspirant de nos valeurs sacrées pour faire prévaloir la réconciliation sur la Fitna et l’intérêt suprême du pays sur nos intérêts personnels ». « Aujourd’hui, et face aux fluctuations du marché international (du pétrole) qui ont entraîné la perte de la moitié de ses recettes extérieures, l’Algérie s’accommode de la situation et veille, dans le cadre de la souveraineté nationale, à mobiliser ses capacités pour sortir de ce tournant difficile, maintenir le processus d’édification et s’orienter vers une économie affranchie de la dépendance excessive aux hydrocarbures, a soutenu le Président Bouteflika.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*