Accueil » Oran » Journée nationale des personnes handicapées: Ya-t-il des «classes spéciales» pour les enfants trisomiques et autistes?

Journée nationale des personnes handicapées: Ya-t-il des «classes spéciales» pour les enfants trisomiques et autistes?

Au moment où les Algériens célèbrent en grandes pompes, ce mercredi 14 mars, la Journée nationale des personnes handicapées, le débat reste ouvert sur les classes spéciales destinées aux enfants trisomiques et à la longue, aux enfants autistes au niveau des établissements scolaires. Dans la wilaya d’Oran, à l’instar d’autres du pays, le problème de disponibilité de ce type de classes spéciales, a été soulevé par les associations et les parents d’élèves dans les rencontres régulières avec les directions concernées dont la direction de l’Education et celle de l’Action sociale à l’effet de dégager une politique réelle de prise en charge pédagogique de cette couche si l’on juge que sur le plan social, des efforts ont été consentis. Il va sans dire que les enfants trisomiques et les autistes ont plus que jamais besoin d’un enseignement «adapté» à leurs facultés fonctionnelles et émotionnelles, ce qui suppose, de l’avis de psychologues et de représentants de l’association de parents d’élèves à Oran, une mobilisation de ressources pédagogiques nécessaires dont les enseignants spécialisés afin de garantir la scolarité de ces enfants, hommes et femmes de demain, pourquoi pas ! L’agenda des réunions qui se tiennent tant à l’APW qu’au niveau des établissements scolaires des communes, a permis de débattre de beaucoup de points qui intéressent la communauté scolaire dont les cantines scolaires, le chauffage, le transport scolaire, l’orientation géographique scolaire des élèves en fin d’examens de BEM outre les ressources humaines. Ces problèmes trouvent dans beaucoup de cas posés, des solutions mais celui des classes spéciales pour les enfants trisomiques et autistes manque d’une prise en charge pour le moins sérieuse selon un élu. Cette journée nationale des handicapés sera telle, pour ainsi dire, un véritable tremplin pour jeter les ponts d’une politique locale de prise en charge scolaire et pédagogique de cette frange en fonction du nombre de places et établissements scolaires de choix.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*