Accueil » Chronique » Point de Vue: Police de l’urbanisme Où en est-on?

Point de Vue: Police de l’urbanisme Où en est-on?

L’on a, à plusieurs reprises, entendu parler de la police de l’urbanisme et d’autres organes de contrôle urbaniste affilés à la DUCH ou à l’APC. Sur le tas, l’on tarde à voir la réalité dynamique et pratique de ces organes, bien que je tacherai à ne pas me montrer en ingrat ou renégat. C’est bien, la situation où le délabré risque de devenir un phénomène presque généralisé. Là où on se dirige, l’on est confronté à quelque chose de désagréable, du très moche à regarder et de toute évidence, nous fait insinuer que le laissé-pour-compte est maître de la situation…Ce n’est pas de la physique quantique, c’est trop simple et simpliste même ! Le travail n’est pas fait selon les normes, et bien sûr les règles et les lois ne sont pas respectées. Voilà, juste pour ne pas dire qu’elles sont piétinées. Si, le balayeur oserait-il, ne pas accomplir son devoir correctement, faute d’une supervision sérieuse et soutenue, sachant par dessus tout, qu’il ne serait jamais inquiété. Comment irait-on dire du cadre, de l’instruit, voire du responsable grand ou petit. Ce qui se passe dans le secteur de l’urbanisme fait, partie d’une situation de débandade érigée en système contre nature, devenue avec l’effet d’usure du temps et le domptage un aspect tout à fait naturel.. De toute façon, le secteur des BTP et de l’urbanisme et d’autres activités qui y sont rattachées, serait les terrains de prédilection des passe-droits, des privilèges, de la corruption et autres maux réputés de notre corps administratif. Avec l’absence constante de contrôle et de supervision, les maux sus indiqués sont les premiers responsables visiblement constatés de toute dégradation. Et, malheureusement, cette situation n’est pas une caractéristique propre un secteur parmi d’autres. Faudrait-il dire que tous les secteurs vitaux de l’Etat marchent – ou plutôt traînent en languissant– avec cette cadence morbide inspirant crainte et angoisse. Tous les secteurs sont gérés avec des mentalités et des réflexes, le moins que l’on en puisse dire, qu’ils sont funestes. C’est la logique «illogique» de: celui qui veut s’enrichir par le moyen du poste de responsabilité, c’est «le moment ou jamais». Donc, pour ceux ayant constaté que les choses ne vont pas bien, par rapport aux normes et aux moyens consentis, dans le secteur de l’urbanisme, ne doivent pas surtout trop philosopher. Allez y voir si les choses marchent selon les lois et les règlements… ou bien les normes en vigueur dans les pays développés. L’on simule c’est tout.

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*