Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Appel au dialogue!

Pôle & Mic: Appel au dialogue!

Après Louiza Hanoun, c’est au tour de Benflis de lancer un appel à «un dialogue national inclusif». Bien avant eux, il y avait le projet du FFS pour se rassembler autour d’un projet sans exclusion de toute force politique et le MDS qui avait appelé pour un gouvernement d’union nationale autour d’un programme commun. Si le FFS a comme abandonné son projet d’une constituante pour ne pas irriter le pouvoir et les partis du pouvoir, Hanoun n’a pas hésité à remettre l’idée sur tapis. Hanoun a été vivement critiquée tant par le FLN que le RND en estimant que le pays est stable et n’est plus dans une transition mais dans une situation de renforcement de ses institutions. Benflis a indiqué que la situation est difficile et que cela nécessite l’engagement d’un «dialogue sérieux rassembleur de tous les acteurs politiques, ceux de la société civile et des personnalités publiques pour discuter une feuille de route qui conduira le pays vers le salut». L’ancien chef du gouvernement et premier responsable de Talai El Houriyat appelle, à cet effet, le gouvernement à ouvrir les portes du dialogue devant l’ensemble des partis politiques de l’opposition et acteurs de la société civile en ajoutant : « Il est impératif de rassembler les Algériens et Algériennes et d’engager une réflexion pour une transition démocratique sereine comme seule et unique issue à la crise». C’est dire que l’opposition commence à «bouger» après les deux grèves ayant secoué le pays où le gouvernement n’a pas su «rassurer» et «calmer» les protestataires. L’absence de dialogue et les déclarations «orageuses» de certains responsables ont fait que les médecins résidents et les enseignants sont soutenus par le citoyen. Le pouvoir n’a pas une autre voie de dialoguer avec les syndicats et les forces politiques car il ne pourra plus «acheter» la paix sociale comme autrefois. Ce qui est certain, le pouvoir sera obligé de changer de politique et peut-être même d’équipe gouvernementale si la situation se corse davantage d’autant que ses alliés politiques et l’UGTA n’ont pas pu calmer le front social.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*