Accueil » Régions » L’Exécutif de la wilaya présente son bilan: Bouira, leader national dans les viandes blanches

L’Exécutif de la wilaya présente son bilan: Bouira, leader national dans les viandes blanches

Bouira est devenue la première wilaya au niveau national dans la production des viandes et la seconde en matière de production de miel. C’est ce qu’a fait savoir le wali de Bouira Mustapha Limani, en exposant, devant le conseil de la wilaya, un bilan de 17ans consacré aux secteurs de l’agriculture et de la formation professionnelle. Pour ce qui est du secteur de l’agriculture, les indicateurs relevés et présentés « clignotent». En se référant au bilan, on peut avancer que les choses ont progressé, mais c’est la cadence de cette progression que les membres de l’exécutif de la wilaya ont tenté de décortiquer, espérant pouvoir y remédier. Ainsi, dans son intervention, Ganoun Djoudi, directeur des services agricoles (DSA) a présenté les principaux indicateurs du secteur. Dans un bilan chiffré concernant les réalisations accomplies pour la période allant de 2000 à 2017, il a évoqué et présenté les perspectives de son secteur pour les prochaines années. Toujours selon M.Djoudi, durant la période citée, le secteur a connu la mise en valeur de 3 500 hectares de terres agricoles une extension de pas moins de 4 000 hectares de périmètres irrigués et 270 kilomètres de pistes agricoles ont été ouverts. Toujours durant les mêmes années, la DSA a installé une capacité de stockage d’un volume de 147 000m3. Les investissements consentis par l’Etat ont permis de porter la surface agricole utile (S.A.U) de la wilaya à 10 993 hectares, dont plus de 9 600 hectares irrigués. Concernant le volet de la croissance, Ganoun Djoudi a déclaré : « Ce volet a atteint le taux de 3.4%, pour une part de production agricole nationale de 4%. Le même responsable a fait savoir que concernant la production des viandes blanches, la wilaya de Bouira est le leader à l’échelle nationale. Pour ce qui est de la production du miel et des produits de la ruche, la wilaya est classée deuxième, tandis qu’elle est 7e pour la production de l’huile olive.

Le lait de la wilaya expédié ailleurs

S’agissant des perspectives du secteur, le DSA a noté qu’il est prévu de réaliser une extension de 2 500 hectares de périmètres agricoles et de créer 103 000m3 de nouvelles capacités de stockage. Lors de son intervention, le wali a regretté la non implication des services des forêts, de ceux de l’hydraulique mais aussi des services vétérinaires dans la rédaction de l’exposé présenté par le DSA, car ces secteurs devraient travailler en étroite collaboration, tout en fustigeant les services vétérinaires et les responsables de l’Office des terre agricole (ONTA) qui n’étaient pas présents lors de ce conseil, le wali a fait la même remarque aux responsables des services de l’hydraulique et à ceux des forêts. L’autre point soulevé par le wali, et non des moindres a été le déficit en lait. II s’est demandé pourquoi le lait collecté auprès des éleveurs de Bouira était expédié dans les laiteries des autres wilayas. Pour ce qui est de la formation professionnelle, la wilaya prévoit 4 030 places pédagogiques pour la session du mois de février prochain, dont 1 590 seront réservées aux inscrits pour la formation diplômante et 2 210 autres au profit des stagiaires pour une formation par l’apprentissage, ainsi qu’un quota de 230 places qui seront assurées par les établissements de formation privés agréés. Le point relevé par le directeur de la formation professionnelle, qui suscite l’engouement des jeunes, c’est la formation dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Pour ce qui est des autres secteurs, les responsables veulent miser pour diversifier l’économie et faire face à la crise que connaît le pays depuis quelque temps, ils n’arrivent pas à intéresser et à attirer les jeunes. D’ailleurs, lors de ce conseil, le directeur de l’emploi a souligné dans son intervention que « dans le secteur de l’agriculture, les jeunes n’ont aucune envie de travailler. D’ailleurs, il n’y a aucune offre d’emploi au niveau des bureaux de L’AEM ». Les entreprises du bâtiment ne cessent de se plaindre du manque de main-d’œuvre notamment les coffreurs, les plâtriers, les maçons, et ce malgré les promotions de diplômes dans les différents métiers du bâtiment formées chaque année. Pour ce qui est des spécialités nouvelles qui seront introduites dans les différents centres de formation pour la session du mois de février prochain, le directeur a annoncé que les nouveaux apprenants auront le choix entre flexo-helio, transformation du plastique usinage et usinage tour à commande numérique, conseiller de vente, conditionnement et contrôle des produits laitiers, achat et approvisionnement. A signaler qu’un nouvel institut sera ouvert lors de la session du mois de février, il s’agit de l’institut de statut national de la formation professionnelle spéciales dans la commune M’chedallah. Celui-ci sera spécialisé dans le domaine des métiers du bâtiment et des travaux publics et accueillera les inscrits dans les formations et géomètre topographie et de conducteurs de travaux publics, il convient de noter qu’un autre institut d’enseignement professionnel sera ouvert au mois de septembre prochain à Bouira.

À propos TAIB HOCINE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*