Infos
Accueil » Monde » Conférence de presse du ministre des AE sahraoui au siège de l’Ambassade à Alger: L’Appel de Oueld Salek à Emmanuel Macron

Conférence de presse du ministre des AE sahraoui au siège de l’Ambassade à Alger: L’Appel de Oueld Salek à Emmanuel Macron

La RASD est la dernière colonie du continent africain. Elle aspire à son autodétermination depuis déjà une quarantaine d’années. Le Polisario ou plutôt la République sahraouie a le droit de par sa qualité de membre permanent à l’Union africaine de lui demander l’intervention militaire pour sa libération du Makhzen après épuisement de toutes les voix pacifistes sous l’égide du conseil de sécurité qui prône la légitimité internationale pour la réussite du processus de Referendum du peuple sahraoui. Ce processus de paix entre les deux belligérants rappelons-le, est bloqué à cause du blocus qu’impose la France et son veto à l’ONU. C’est un sévère réquisitoire contre le président français Emmanuel Macron qu’a tenu, hier, au siège de l’Ambassade à Alger le ministre des affaires étrangères sahraoui devant le tâtonnement que prend l’autodétermination du peuple sahraoui. Le président français est interpellé par les responsables sahraouis de tourner cette page et de contribuer à la paix dans ce pays laminé par ce conflit. En effet, et lors de cette conférence de presse, le ministre a pointé un doigt accusateur contre la position actuelle du président français et contre le gouvernement français qualifié, selon l’orateur « d’entreprise coloniale expansionniste » devant son parti pris avec le Makhzen pour la concrétisation du référendum pour permettre à cette colonie d’aspirer enfin à la paix et à la stabilité. Or, les choses évoluent autrement et contre les aspirations de ce peuple qui a déjà rallié à sa cause plus de 80 pays dans le monde qui se solidarise avec lui. Dans cet appel lancé, hier, par Oueld Salek à Macron, il lui reproche d’entraver le processus de paix entre deux pays frères à cause de ses intérêts financiers par justement porter préjudices aux intérêts entre voisins, car selon ses propos, il est exclu d’accepter quoi que ce soit de nature portant à l’enlisement du conflit et d’accepter le droit inalliable à l’autodétermination du peuple sahraoui. Il lui reproche de mettre en cause les frontières déjà tracés entre le Maroc et l’Espagne et de cacher les desseins inavoués de la France dans le Maroc et dans la région. Ces desseins politico politiciens sont, selon lui, contraires aux principes énoncés dans la constitution. Sur un autre plan, l’intervenant, le premier responsable de la Diplomatie sahraouie, indique devant ce parterre de journaliste que la position marocaine, membre de l’Union africaine depuis une année, a échoué dans sa tentative de décrédibiliser l’action de l’Union. Dans sa 3ème conférence de l’Union africaine tenue récemment à Adis Abeba, le ministre des affaires sahraoui nous confie, hier, avec cette rencontre avec la presse au siège de l’Ambassade à Alger, dans son rapport, l’Union demande au Maroc en tant qu’Etat membre de permettre à la Mission d’observation de l’UA de retourner à Laayoun au Sahara Occidentale et de permettre également un suivi indépendant des droits de l’homme dans le territoire. Cette conférence d’Adis Abeba réitère ses appels en particulier sa déclaration adoptée lors de la 24ème session ordinaire tenue à Adis Abeba les 30 et 31 janvier 2015 sur le Forum de Crans Montana, une organisation siégeant en Suisse a cessé d’organiser ses réunions à Dakhla au Sahara occidental c’est-à-dire les territoires occupés par le Maroc. Enfin Mohamed Oueld Salek réitère l’appel des projets de décisions et de déclarations de la conférence de l’UA, les Etats membres, les organisations et la société civile et autres acteurs concernés à boycotter la prochaine réunion prévue se tenir du 15 au 20 Mars 2018.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*