Accueil » Chronique » Point de Vue: Retard logement, où est le hic?

Point de Vue: Retard logement, où est le hic?

En dépit des réalisations spectaculaires du logement en Algérie, l’on n’est pas encore prêts à être lâchés par le phénomène du retard. Les hauts responsables ont procédé à plusieurs reprises à sanctionner et remercier quelques «petits» responsables locaux. Mais, rien à faire, le mal parait se situer anguille sous roche, quelque part, loin du champ de visibilité des politiques. Le mal se serait situé dans la politique de gestion et non dans la gestion elle-même. Autrement dit, dans la structure des organismes chargés de mettre en réalisation le grand projet national du logement. Les hauts responsables savent–ils, quel serait le degré de la propagation de la «corruption» dans ce secteur vital de la République…le problème –à notre avis de toute évidence- ne serait pas dans le fait qu’un responsable local soit h24 et 7/7 dans le chantier, en vue de booster les gens à aller plus vite et travailler mieux, mais dans l’application rigoureuse des lois et des règlements y afférents. En plus de la corruption qui a rongé ce secteur, ce dernier est devenu un terrain de prédilection pour le blanchiment de l’argent venu, de je ne sais quelles sources, bien sûr illicites. Les retards dont l’on parle, depuis un bon moment, ne sont en fait que les conséquences logiques d’une situation qui ne cesse de s’engloutir dans la corruption, le passe-droit et le népotisme. Un ‘ptit’ responsable de «proximité» ne saurait se dresser contre une pareille situation qui s’est malheureusement généralisée. Cette situation n’avait pas uniquement des retombées négatives sur les durées de réalisation des projets, mais également sur la qualité du produit qui laisse toujours à désirer. Sans pour autant «renier» que depuis une dizaine d’années, le nombre de logements réalisés sur le plan national est effectivement considérable, mais faut-il également rappeler dans ce sens, que les tares et les insuffisances sont également énormes et l’on a impérativement besoin de rectifier le tir. L’Etat est appelé, bien sûr, en plus des limogeages des responsables ayant failli à leurs responsabilités, à mener une «croisade» contre le piétinement des lois et des règlements gérant se secteur, particulièrement, ceux ayant trait au contrôle de la qualité et de la consistance du produit… D’autre part, faut-il rappeler également – et reconnaître que les maux dont souffrent grandement les secteurs du logement et du BTP, ne sont pas propres à cette frange du développement, mais l’ensemble des secteurs vitaux du pays est drainé par les fléaux de la corruption et du passe-droit. Pis encore, du relâchement en matière de contrôle et de suivi.

alkadedz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*