Accueil » Chronique » Point de Vue: Quelle réforme pour…une justice «réformée»?!

Point de Vue: Quelle réforme pour…une justice «réformée»?!

Il n’y a pas deux citoyens qui vont se mettre d’accord, pour dire que la justice algérienne clopine. Et par là, la réforme de ce secteur sensible et stratégique devient—il avec le temps dans un besoin accru. Cette réforme doit nécessairement toucher les aspects structurels et même juridiques. S’il y a des magistrats et des fonctionnaires qui accomplissent de leur mieux, leurs devoirs dans les règles, afin de sauver l’image et la réputation de cette institution, une «remise en cause» de tout le système judiciaire national s’avère donc nécessaire. D’abord, pour le citoyen qui ne cesse d’en dénoncer les carences, pour le bien des magistrats et de leur réputation, mieux encore pour l’Etat algérien et sa réputation à l’étranger. Quand un citoyen algérien se voit obligé de faire recours aux instances judicaires internationales, -Cour Européenne, ONU, Ligues Internationales des Droits de l’Homme etc…, c’est que ce citoyen n’a pas eu gain de cause dans son pays et la justice de ce dernier n’a pas pu lui restituer ses droits. Nous souhaitons, toutefois, que ce genre de comportements soit prévu dans les prochaines mesures de réformes. Reste maintenant la plus grande tare: le fait qu’une justice soit privée de son autonomie. De toute évidence, cette justice ne peut pas se mettre au diapason de ses ambitions et de ses idéaux. L’idéal d’un système judicaire, quelle que soit sa nature, est de mettre sur pied un Etat de droit, au service de ses citoyens. Or, chez nos concitoyens, tout le monde s’en prend à notre façon de rendre la justice…Etre magistrat, c’est d’abord servir une cause de la justice avant qu’elle soit une fonction rémunérée, comme une autre. Je n’ajoute rien, en disant que les conséquences d’un Etat où régnait l’injustice, sont graves…les événements de l’Histoire en témoignent et les exemples ne manquent pour ceux qui savent en extraire les leçons. La première réforme a été faite, il y a bien cela, plus de 15 ans. Beaucoup de choses ont été apportées au profit de la justice, par cette initiative. Le monde est en perpétuel mouvement et le développement de la société et son évolution se font continuellement et à notre insu. Donc, la réforme entre dans cette perspective, c’est une façon d’adapter le système judiciaire, à l’évolution de la société et de toute évidence aux grandes mutations que connaît le monde dont nous faisons partie. La réforme doit naturellement toucher les trois volets du système: les textes, la structure et la formation. Sans cela, il ne faut guère espérer que l’Etat puisse continuer, alors qu’il est touché dans sa colonne vertébrale qui n’est autre que sa «Justice»…

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*