Accueil » Chronique » Point de Vue: Se soumettre au pifomètre

Point de Vue: Se soumettre au pifomètre

L’économie d’une façon générale est avant tout une somme de calculs stratégiques. C’est un plan ou des plans faisant des prévisions à court, à moyen et à long terme. De cette façon, l’on n’est pas non plus ébranlé par les imprévus et les aléas. L’on ne panique pas même si notre moral vient de chuter avec les prix des hydrocarbures. Mais, lorsque la planification cède sa place au pifomètre, il y aura de quoi pleurer sa malchance et pis encore, remédier aux problèmes par d’autres problèmes plus fatals. Non seulement la planification et l’étude rationnelle fait affreusement défaut, mais l’on a fait exprès de laisser la porte du trésor grande ouverte. Les mains agiles des prestidigitateurs y étaient également. L’on savait d’expérience que les prix chuteront d’un jour à l’autre, il faut faire vite et rafler ce que l’on peut de la mise. Donc, deux facteurs se sont alliés afin de tailler en pièces l’économie du pays. D’abord, le pifomètre afin d’opter pour cette voie ou l’autre. En plus la dilapidation au grand jour des deniers publics par les prestidigitateurs de la république. Une fois, la chute avait sonné son glas que l’on a commencé à courir, aveuglement à droite et gauche comme si un séisme venait de secouer le pays. Heureusement, que la caste des damnés de la terre est là, pour payer les pots cassés et se laisser décharner afin de remettre en ordre les équilibres structurels. J’ai laissé l’information que je suis en train de commenter en dernier lieu. L’on vient de décider le gel entre 800 et 900 articles concernés par l’importation. Je n’ajoute rien aux lecteurs en disant, que les Algériens importent plus de quatre-vingt dix pour cent, de ce qu’ils consomment. Mais, cette décision selon les sources officielles du ministère du commerce, cette décision est «temporaire». C’est à dire, en attendant que les prix reprennent de plus belle. Cela voulait dire quoi selon vous? Si ce n’est pas continuer la formule des pays pétroliers «assiégés» sous un blocus : Pétrole contre nourriture! Dans sa dimension sociale, cette politique s’appelle faire usage de la rente afin de s’acheter la stabilité et la paix sociale. Et si les prix des hydrocarbures ne vont reviennent plus à leurs prodiges des années des vaches grasses? Ce que je ne souhaite pas, d’ailleurs! Que va-t-on faire, alors? Les damnés de la terre ne vont pas continuer à servir longtemps de mur porteur, à un truc en chute. Avec quoi l’on va s’acheter la paix sociale?

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*