Accueil » Oran » Plans directeurs communaux d’aménagement urbain: Ce qui attend les nouveaux maires

Plans directeurs communaux d’aménagement urbain: Ce qui attend les nouveaux maires

Il est admis que l’accélération du processus d’installation des nouvelles assemblées élues de wilaya et communales, qui intervient dans un contexte socioéconomique pour le moins assez spécial, vise, en premier lieu, à poursuivre l’accompagnement des efforts des walis dans le développement local. Dans le cas de la wilaya d’Oran, le développement a toujours une question qui relève des «grandes priorités». La wilaya compte 26 communes dont certaines ont dû adopter leurs Plans directeurs d’aménagement urbain (PDAU) afin de faire face aux exigences en matière d’extension et d’urbanisation en termes de projets vitaux ou rentables sur le plan économique. Ce qui attend les nouvelles assemblées communales locales en matière de développement est loin d’être une simple sinécure estiment des analystes au fait des rouages de l’investissement et des projets qualifiés de «porteurs» dans le domaine de la promotion immobilière qui attendent de voir le jour dans les communes. Principalement, c’est les fonciers immobilier, touristique et industriel qui seraient en première loge de l’investissement dans les années à venir pour le cas de notre wilaya. Les nouveaux maires des communes concernées par ces trois types d’investissement devront redoubler d’efforts afin de renforcer davantage la gestion des affaires des citoyens en matière de logement et d’accès au travail, la transparence dans le respect du code des marchés publics et dans l’octroi des fonciers communaux et des autorisations d’investissement, améliorer le service public dans les annexes administratives des agglomérations secondaires antennes, résoudre le problème des réseaux de communication dans les régions éloignées, le transport des écoliers, le renforcement des parcs communaux par des engins modernes avec la signature des conventions de réparation de matériels en panne avec les partenaires privé ou public, l’amélioration de la fiscalité communale en axant plus sur la concession pour améliorer le recouvrement source de richesse, dans les domaines de tourisme, agriculture et la pêche,(pour ce qui est des communes côtières), achever la viabilisation de certaines zones d’activité qui ont du mal à décoller faute de budget de réalisation des réseaux élémentaires, répondre davantage aux préoccupations des citoyens en matière d’assainissement des voiries, de conformité des constructions et de locaux à activité commerciale ou libérale, etc… Autant de chantiers auxquels seront confrontés les nouveaux présidents des assemblées communales dans une conjoncture néanmoins peu favorable par rapport aux dernières années car exigeant une gestion rationnelle et optimale de ressources qui leur seront allouées par l’Etat dans l’actualisation des revenus pétroliers.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*