Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Le poids de la mémoire !

Pôle & Mic: Le poids de la mémoire !

Le chef de l’Etat se rendra à Alger. Beaucoup d’espoirs reposent sur cette visite où l’on attend un «geste» de la part du chef de l’Etat français quant à la condamnation du colonialisme. Pourquoi Macron et pas ses autres prédécesseurs ? Lui, il est jeune et il avait, durant sa campagne électorale, soit lors de sa dernière visite à Alger, qualifié la colonisation française de «crime contre l’Humanité». Jeune n’ayant pas subi les affres de la guerre d’Algérie et il est bien né après l’indépendance de notre pays. La question de la mémoire reste posée. Pour l’Élysée, il est question aussi de «tourner la page» et de «construire une nouvelle relation». Cette «visite d’amitié et de travail», et non «d’État», durera une douzaine d’heures et sera marquée par une rencontre importante entre les deux présidents, car elle pourrait insuffler du nouveau dans les relations bilatérales. Pour Benjamin Stora: «Nous sommes dans une nouvelle période où les jeunes considèrent la question du colonialisme, de l’esclavage, comme une question du passé», donc il confirme par ses propos que Macron est très à l’aise par rapport à la question de la mémoire. Côté algérien, on recherche surtout une reconnaissance des crimes et plus d’efforts dans le travail de mémoire et d’histoire à travers l’archivage et la restitution des crânes de nos chouhada. Le courant néocolonialiste et l’extrême droite sont déjà montés au créneau sur ce sujet de la reconnaissance comme l’ont déjà fait durant l’ère de Chirac. Macron a cette possibilité pour réhabiliter déjà la France avec son passé pour permettre aux peuples des deux Nations de voir vers le futur et fructifier les relations bilatérales.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*