Accueil » Sport » Le nul du MCO divise son entraîneur: Bououkaz, entre déception et soulagement

Le nul du MCO divise son entraîneur: Bououkaz, entre déception et soulagement

‘’On savait que notre mission n’allait pas être facile même si nous allions jouer à domicile et devant nos supporters. Nous avons eu l’occasion de le confirmer une fois de plus sur le terrain. Nous avons bien débuté notre rencontre, mais ça n’a pas suffi pour que nous réussissions à prendre l’avantage. Je crois qu’on pouvait espérer mieux dans la mesure où on a dominé la rencontre, notamment en deuxième mi-temps. On a pu marquer d’autres buts n’était le manque de concentration des attaquants. J’aurais aimé gagner le match, mais je suis satisfait du rendement de mon équipe, surtout quand on sait qu’on a eu en face une très bonne équipe de l’USMA. Heureusement nous avons réagi et nous avons pu revenir au score. Nous avons pris un point, c’est mieux que rien. Nous aurions pu gagner aussi, seulement l’efficacité nous a fait défaut. C’est dommage, mais nous n’allons pas baisser les bras’’. Des déclarations de l’entraîneur Moez Bououkaz à l’issue de la rencontre face à l’Ittihad, ressortent autant de regrets que de soulagement. Les regrets d’avoir laissé échapper une victoire qui tendait les bras aux Rouge et Blanc et le soulagement de s’en être tiré avec un point au moment où une défaite paraissait être une issue quasi-certaine après l’ouverture du score de Derfalou à un quart d’heure du coup de sifflet final après s’être amusé avec la charnière centrale oranaise.
Bououkaz a même lâché une phrase qui pourrait être lourde de sens lorsqu’il a affirmé ‘’ ne pas être en mesure de demander à certains joueurs de jouer à un niveau qui n’est pas le leur’’. Dans ses propos, le technicien mouloudéen évoquait certainement l’avant-centre Amine Souibah, coupable de gros ratages alors qu’un minimum de technique et de maturité lui auraient permis de terrasser l’USMA et son gardien Zemmamouche.
Ces regrets d’être passé à côté d’une victoire certaine se mélngeaient, cependant, à la satisfaction d’avoir trouvé en Toumi une bonne pioche.
‘’Je ne pouvais pas le mettre titulaire car il avait des points de suture au visage. Mais heureusement qu’il nous a sauvés d’une défaite certaine. C’est rassurant et réconfortant’’ dira encore un Bououkaz partagé.

À propos Seïf-Eddine R

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*