Accueil » Chronique » Point de Vue: La violence comme credo de société

Point de Vue: La violence comme credo de société

L’on entend souvent parler que les femmes en Algérie sont violentées. Elles sont présentées comme les ultimes victimes d’un règne caractérisé par des comportements agressifs de tout bord. Y a-t-il des femmes qui subissent de la violence dans leurs milieux familiaux ou ailleurs? Oui, certes, il n’y a pas de doute là dessus. De tels cas se comptent par centaines chaque année. Et nous nous saurions qu’être déçus devant une telle situation déplorée. Mais, la violence n’est pas l’apanage des seules femmes. D’abord, faut-il reconnaître que pas mal de femmes sont violentes que ce soit contre les hommes et les enfants ou bien contre des êtres de même sexe. Et puis, la violence est partout, érigée en moyen de communication. Toute la société (hommes, femmes, enfants et vieillards) est plus au moins violente dans ses comportements. Chez une famille, entre les membres de la même famille, à l’école, dans les moyens de transport, pendant le mois sacré du Ramadhan, dans les administrations, dans les marchés, la violence peut prendre plusieurs aspects allant du grave, comme la violence physique pouvant porter atteinte à la vie d’une personne violentée, au symbolique, comme le dénigrement, la propagande mensongère, les jets de sort. La dernière campagne électorale avait bien réussi à dénuder les penchants agressifs, enfouis de quelques-uns. Les comportements anti-démocratiques constatés par la plupart des gens sur la façon avec laquelle certains candidats avaient préféré afficher leurs têtes candidates à devenir responsables, laissent croire que la violence nous suit même dans la politique. Comment appelle-t-on ça, lorsqu’un candidat qui ne trouve pas insolant soit de déchirer ou en collant son affiche au dessus de celle d’un autre candidat en lice, appartenant à une autre formation politique. Finalement, ce n’est que de la violence pratiquée, mais autrement…disons politiquement. A l’école, c’est la même chose. Les informations en provenance de nos écoles et nos établissements scolaires au sujet de la propagation du phénomène de la violence ne font que décrire une situation qui ne ferait que s’empirer avec le temps, au point où même l’encadrement administratif et pédagogique trouve beaucoup de mal à maîtriser la situation… Une telle problématique, devrait mériter toutefois, que l’on s’y penche sérieusement. D’abord l’école, en suite les lieux de culte, les TV, la presse, le cinéma, le théâtre tous ces supports pédagogique, culturel et religieux sont les meilleurs vecteurs afin de semer une culture de tolérance, de dialogue, du respect d’autrui. La plus difficile des relations pourrait sans doute être résolue sans faire recours à la violence et surtout ôter de sa croyance que l’on est le centre du monde…        alkaderdz62@yahoo.fr

À propos admin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*