Accueil » Actualité » Elections des Assemblées Communales et de wilayas du 23 novembre: Le FLN en tête, le RND se rapproche plus

Elections des Assemblées Communales et de wilayas du 23 novembre: Le FLN en tête, le RND se rapproche plus

Les élections communales de ce 23 novembre viennent encore de consacrer la victoire au plus vieux parti, le FLN et le retour du plus vieux parti d’opposition, le FFS, après une campagne plate mais farouche et toujours émaillée de remous et ponctuée de tirs croisés de la part des uns et des autres. Cette campagne s’est achevée en queue de poisson en l’absence de discours politique convaincant du bien fondé de la mission de la collectivité locale.
En attendant les dernières retouches qui seront apportées au code communal et celui de wilaya avant leurs adoptions par les deux Chambres parlementaires, la mission de la collectivité locale reste opaque en l’absence de perspectives devant la demande et l’offre des citoyens en ce contexte difficile marqué par la crise financière. Devant cette logique d’un lendemain incertain, ce même citoyen se trouve lésé et laissé pour compte une fois que l’urne ferme ses portes et les heureux élus s’installent confortablement dans leurs nouveaux sièges pour régner en main de fer tels des Caïds sur la commune. Selon les premiers pronostics, l’on constate aisément le retour en force du RND qui continue de créer la surprise même s’il a perdu 600 communes comme ce fut le cas lors des dernières législatives du 04 mai. Les électeurs dans plusieurs régions étaient surpris de la mainmise de l’administration sur le cours des événements d’où des dépassements enregistrés à la pelle et signalés par la HIISE. Des comportements non responsables ont émaillé cette journée d’où le recours au renfort des deux corps de sécurité que sont la GN et la police pour établir l’ordre.
Lors de notre passage au centre de vote de Cheraga, nous avons été surpris du renfort déployé sur ces centres Larbi Kaddour, Mouaz M’Hamed et Amekhlaf Lounes, après l’intervention musclée des gendarmes pour disperser les antagonistes responsables de ces comportements irresponsables en dépit du flux important des électeurs. Dans le centre de vote Hassiba Ben Bouali, toujours à Cheraga et réservé exclusivement au vote des militaires, la responsable de ce centre est restée stupéfaite devant la mainmise de l’administration dans la confection des listes électorales. Selon Mme Harnane Nacera, plus de 200 militaires n’ont pas trouvé leurs noms sur les listes électorales. Pourtant, précise-t-elle, «ces mêmes électeurs ont accompli leurs devoir en bonne et due forme lors des élections législatives du 04 mai dernier». Cela suppose, toujours selon elle, qu’il y a eu cafouillage dans les listes en l’espace de 05 mois. Nous apprenons qu’un colonel n’a pu trouver son nom sur la liste alors qu’il avait voté au mois de mai pour les législatives. Un bras de fer a failli opposer cette responsable de ce centre militaire à la fille du P/APC de Cheraga notamment tête de liste du fait que sa fille s’est permise de superviser le centre alors qu’elle n’a aucune fonction officielle et donc prise en flagrant délit de dépassement. Ceci n’était pas pour plaire à la représentante du parti TAJ, présente sur les lieux. L’avocate nous a signalé le cafouillage opéré par ce P/APC et tête de liste dans l’octroi des badges pour les observateurs de son parti tout comme celui du FLN. Beaucoup de griefs ont été retenus contre ces observateurs dont plusieurs ont déserté leurs centres comme ceux du FLN à l’ouest d’Alger. Les observateurs dans ces 04 centres à Cheraga que nous avons visités, étaient tous issus du RND.
Les observateurs des autres partis étaient inexistants. Par contre, nous apprenons aussi que le général Slimane Chaib de l’aviation était surpris de ne pas trouver son nom sur la liste dans un centre de vote à Blida pendant que sa fille, la candidate du FLN à la commune de Cheraga, a été décalée de 04 sièges et elle se retrouve malheureusement placée en 07ème position sur la liste alors qu’elle était classée en 3ème position. Cependant et toujours dans ce sillage, l’institution de Derbal vient de signaler 16 cas de saisines qui viennent d’être soumis par la HIISE au procureur de la République. Cette instance a aussi intervenu, jeudi dernier, lors des élections pour 690 cas de saisines, a annoncé Abdelwahab Derbal.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*