Accueil » Chronique » Point de Vue: Les Tunisiennes détrônées !

Point de Vue: Les Tunisiennes détrônées !

L’on vient d’apprendre que les instances internationales en matière des Droits de l’Homme et de la femme en particulier, viennent de nous apprendre que la femme algérienne est la mieux située en questions de Droits et d’Egalités, par rapport à la condition de la femme dans les autres pays du monde arabe. Il n’y a pas longtemps, c’était les tunisiennes qui trônaient sur le piédestal des droits, de la liberté et des égalités. Cette percée algérienne ne serait autre que le fruit d’un long militantisme et d’une prise de conscience sur le statut de la femme en tant que citoyenne ne différenciant de rien par rapport au sexe opposé. La femme algérienne est partout, laissant ses empreintes presque dans tous les secteurs vitaux du développement. Elle est partout présente: dans l’armée, dans les services de sécurité, dans l’administration, dans les entreprises économiques, dans les Instances élues. En bref, il n’existe pas encore un créneau, qu’il lui a été interdit ou qu’il lui ait claqué la porte en face. Maintenant, la balle est dans le camp de la femme. Elle doit prouver qu’elle est et sera toujours à la hauteur du défi lancé. Le pays ne saurait se développer avec la moitié de sa population incarcérée dans les préjugées d’un système féodal et misogyne. Seulement, il ne faut pas se laisser traîner dans quelques singeries d’autres civilisations et d’autres cultures encore plus d’autres mentalités, qui ne nous sont pas tout à fait identiques. La liberté de la femme algérienne et l’acquisition de ses droits doivent être un pur produit de son propre génie, d’une conception propre à elle, issue de sa culture, de sa foi et de ses particularités identitaires. Sa conception de la liberté doit être conçue dans un cadre sociétal. Autrement dit, ça ne serait pas une sorte de rébellion spartakiste contre un statut, mais une femme libre avec des droits égaux dans une société également libre avec des droits égaux pour tout le monde. Elle ne doit nullement être des clichés usés, rebutés dans d’autres cieux et importés dans les ballots de la friperie. La liberté de la femme ne devrait pas également être la cause des seules femmes ! C’est l’affaire de toute la société. Il aurait suffi d’en prendre conscience. Et cette conscience, ça se cultive en tant que pallier de civisme et de développement social à atteindre progressivement…Ce discours de quelques femmes jouant aux éternelles victimes, radotant à chaque 08 mars, n’apporterait pas les meilleures solutions. La femme algérienne doit se comporter comme un être responsable avec des droits et des devoirs et non être sous évalués pleurnichant contre ses bourreaux.

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*