Accueil » Oran » Le transport en commun à la Corniche Oranaise: Un calvaire au quotidien

Le transport en commun à la Corniche Oranaise: Un calvaire au quotidien

Alors que de visibles améliorations ont été constatées sur  la disponibilité et la qualité de certaines lignes de transport à l’instar de celles qui desservent les quartiers nord de la ville et les relient avec l’université de Belgaid, le transport en commun reste le casse-tête des citoyens habitant la corniche oranaise. En effet, force est de constater que le désordre règne en matière au niveau de la station de transport, implantée de manière anarchique au centre ville d’Aïn El Tûrck, il est évident que le transport vers Oran tourne au cauchemar. Et pourtant, depuis des heures bien avancées de la journée, les trottoirs sont quasi occupés, les ruelles abritent les piétons comme les voitures, mais sans pour autant régler un problème, qui devient après quelques minutes une source de rixes et de malentendus entre hommes, alors que les femmes n’échappent pas au désordre et subissent à leur tour le dictat des jeunes fougueux, qui ne reculent devant rien pour s’accaparer des places les menant à la capitale de l’Ouest. L’anarchie bat son plein, les clandestins se proposent comme une solution de rechange, mais au prix fort, a-t-on constaté. Le temps est précieux et chaque minute vaut de l’or pour certains, qui se disent en retard, mais les alternatives sont presque inexistantes. Impuissants devant des scènes qui ressemblent au chaos, certains préfèrent faire profil bas devant les clandestins tout en acceptant une sentence injuste et préjudiciable pour leur budget mensuel. Désormais, ce calvaire fait partie du quotidien des gens de la corniche oranaise, qui revendiquent un plan de circulation adéquat, plus de bus, une organisation à la hauteur et surtout une station digne de ce nom.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*