Accueil » Régions » Bouira: La direction de la Jeunesse fait son bilan

Bouira: La direction de la Jeunesse fait son bilan

Dans un point de presse animé au niveau  de la maison de jeunes «M’hamed Is siaikhem», le directeur de la Jeunesse et des Sports de la wilaya de Bouira, M.Djender Djamel, a dressé avec le premier responsable de l’OPOW, le bilan des activités du secteur de la jeunesse et de la pratique sportive ayant trait à l’exercice 2016/2017. Ainsi, d’emblée, le DJS de Bouira, après avoir survolé les grands axes prônés en matière de la pratique sportive, s’attardera dès lors sur la situation générale des clubs et associations sportives de la wilaya de Bouira. Ces dernières, selon toujours le même interlocuteur, si elles se recensent au nombre de 230 clubs et associations, elles couvrent pratiquement toutes les disciplines olympiques. Donc tout un creuset à valoriser. Cependant, M.Djender ne manquera pas de soulever le problème du retard qu’accusent pas mal de clubs à la DJS, et pour mieux étayer ses dires, il rappellera que jusqu’à aujourd’hui, seulement 05 clubs ont déposé leurs engagements. Enchaînant toujours dans le même ordre d’idées, il ajoutera: «les clubs ont toujours tendance à dénoncer l’absence de subventions de la DJS, mais, faut-il savoir, d’abord qu’ils ne sont pas à jour quant à la formulation de leurs dossiers». Il reste, souligne-t-il, «la subvention supplémentaire allouée sur le budget de la wilaya, elle profitera mais équitablement à l’ensemble des affiliés». Pour sa part, le directeur de l’O.P.O.W, M.Dhaba Fouad, aura insisté sur le programme estival et qui a consisté en l’ouverture des 10 piscines que compte la wilaya ouvertes gratuitement, faut-il le souligner, 06 jours sur 07 jours. Elles auront fait le bonheur de pas moins de 30 000 jeunes qui se sont donnés à cœur joie. Beaucoup plus, même le transport a été assuré dans ses dessertes par les autorités locales. L’autre volet, tout aussi important, a touché à la formation de jeunes dans la natation et ceci en collaboration avec l’institut spécialisé dans cette discipline, formés en tant qu’encadreurs spécialisés. Ces jeunes sont généralement recrutés dans le cadre de contrats renouvelés, avec un éventuel maintien à leur poste. Tout de même, l’aspect important reste, pour l’intervenant, celui lié au manque de ressources financières pour gérer et entretenir les piscines. Il est vrai que les charges reviennent en bonnes factures et pour l’eau, l’électricité et le gaz, d’ailleurs, le coup d’arrêt aurait été observé, n’est-ce la contribution des municipalités, venues à bon escient pour un secours salvateur et donc la poursuite des programmes dans toutes ses activités.

À propos TAIB HOCINE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*