Accueil » Actualité » Il accuse le fils de l’ex-SG du FLN, Amar Saadani: Rachid Neggaz agressé physiquement en France

Il accuse le fils de l’ex-SG du FLN, Amar Saadani: Rachid Neggaz agressé physiquement en France

Une manifestation est prévue  aujourd’hui à Alger et à Chlef,  ville natale de rachid Neggaz, pour dénoncer cet acte abject qui a failli intenter à sa vie. Rachid Neggaz, ex-candidat aux présidentielles francaies et aux législatives algériennes et diplômé de l’université de la Sorbonne en France, vient d’être violemment agressé. Selon ses déclarations, c’est le fils de l’ex-SG du FLN, Amar Saadani qui l’a agressé dans le quartier de Neuilly sur Seine, dans le département des Hauts de Seine, un quartier chic de la banlieue parisienne au vu et su de la police français présente sur les lieux de cette agression. Depuis plusieurs mois, l’ex-candidat malheureux qui avait crée un parti politique pour «défendre les intérêts et les aspirations des jeunes algériens» se voit malmené pour son jusqu’auboutisme. Il  ne cesse de se faire agresser lors de ses déplacement pour dénoncer la corruption et ses auteurs après la dernière agression en Belgique par un citoyen algérien, détenteur d’un passeport belge, l’accusant de tous les torts et auparavant, dans un bureau de vote. Ce lâche acte est intervenu, hier, vendredi dans la capitale française. Cet acte jugé «terroriste» doit être punit, s’indignent à dire ceux que nous avons contacté, hier, puisqu’il nuit dramatiquement à la réputation de notre pays. «Pourquoi la progéniture des dirigeants algériens se mettent-ils à la sale besogne contre des politiciens et enfants de ce peuple en l’absence d’une justice algérienne pour protéger les concitoyens algériens», dénonce-t-on encore. Seule les autorités françaises et notamment le Maire, sans oublier la police, est apte à interdire un rassemblement pour dénoncer les biens immobiliers de l’ex-SG du plus vieux parti devant l’immeuble de Saadani en France qui veut, pour rappel, revenir aux commandes du FLN. Rachid Neggaz, rappelle-t-on, mène,  tambour battant, sa politique de dénonciation de al corruption. Actuellement, blessée, la victime est transférée dans un hôpital dans la région parisienne en attendant l’ouverture d’une enquête judicaire sur cette affaire qui a plongé les Algériens dans un émoi, ce jour sacré du vendredi, jour de prière et de piété.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*