Accueil » Régions » Projet de la pénétrante reliant Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest: Livraison du 2ème tronçon fin septembre

Projet de la pénétrante reliant Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest: Livraison du 2ème tronçon fin septembre

Le deuxième tronçon entre Akbou et Ouzellaguen de la pénétrante autoroutière reliant Béjaïa à l’autoroute Est-ouest, sera ouvert d’ici la fin du mois, c’est ce que nous informe une source du cabinet du wali de Béjaia. Avec l’ouverture de ce tronçon, long d’une dizaine de kilomètres, la pénétrante de Béjaïa sera ainsi à moitié achevée avec 52 kilomètres sur la centaine prévue globalement. Rappelons que le premier tronçon de la pénétrante reliant Béjaia à l’autoroute est-ouest, long de 42 km, a été, ouvert début mars dernier, par le ministre des Travaux publics et des Transports de l’époque en présence de l’ambassadeur de la République populaire de Chine en Algérie. Le tracé de cette pénétrante qui relie le port de Béjaïa à l’autoroute Est-ouest, distant de 100 km, est subdivisé en trois sections: Béjaïa-Amizour (32 km), Sidi Aich-Akbou (26 km) et Akbou-Ahnif sur 42 km. Et pour assurer la sécurité des usagers, un échangeur a été réalisé pour permettre aux automobilistes d’emprunter en toute sécurité cette section. «Les travaux sur d’autres tronçons avancent normalement avec une cadence soutenue», nous fait savoir un responsable de la direction des travaux publics de la wilaya qui précise que «le creusement des tunnels de Sidi-Aïch enregistre un taux d’avancement appréciable», à cela s’ajoute la réalisation des ouvrages d’art, confiés, pour rappel, à l’entreprise SAPTA. Le projet de réalisation de la pénétrante autoroutière qui relie Bejaïa à l’autoroute Est-Ouest, longera la rive droite de la vallée de la Soummam, est d’un coût global estimé à 100 milliards de dinars. Une pénétrante qui prend le départ de la commune d’El Adjiba, dans la wilaya de Bouira, pour atteindre Béjaia, soit sur une distance de 100 km en deux fois trois voies et sera parsemé de 05 échangeurs et de plusieurs ouvrages d’art. Le retard dans la réalisation de ce projet est dû au manque de main-d’œuvre estimée, par l’entreprise chinoise CRCC, en charge de la réalisation de cette liaison, à 5.000 postes d’emploi. A cela s’ajoutent les oppositions des citoyens propriétaires terriens, le manque d’agrégats, dont la production locale est en deçà des besoins de cet important chantier, le déplacement des réseaux divers (oléoduc, gazoduc, AEP, électricité, gaz et autres) et, récemment, le non paiement des situations à temps. Le projet de cette pénétrante bute également au problème de non-paiement de l’intégralité des créances aux entreprises Chinoise CRCC et Algérienne Sapta, en charge de la réalisation de la pénétrante reliant Béjaia à l’autoroute est-ouest. «Certaines créances qui datent du mois de janvier 2017, n’ont été réglées que récemment», apprend-on de sources sûres, c’est justement ce qui a freiné la cadence du travail du chantier. Nous apprenons de sources proches de la direction des travaux publics de la wilaya que «les situations se règlent progressivement par le trésor public», ce qui fait dire à notre interlocuteur que les chantiers ont effectivement repris leurs cadence habituelle de travail ces jours-ci».

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*