Accueil » Oran » Hôpital pédiatrique de Canastel: Les urgences vraiment dépassées

Hôpital pédiatrique de Canastel: Les urgences vraiment dépassées

Hôpital pédiatrique de Canastel Les urgences vraiment Les malheurs des petits patients emmenés dans un état nécessitant une intervention, aux urgences de l’hôpital pédiatrique de Canastel, se poursuivent, malgré les quelques tentatives d’embellir le lieu. En effet, des travaux ont été effectués afin de mettre en place une salle d’attente, mais l’essentiel a été oublié à savoir que le nombre de patients s’adressant à cette structure n’a pas diminué et au contraire un grand rush connaît cette urgence, et pourtant seuls quatre ou trois médecins assurent les visites. En fait, dans la salle où les chaises où devraient s’asseoir les parents d’enfants, se comptent sur les doigts de la main, est quasiment envahie chaque début de soir par un grand flux de parents venus pour passer une visite d’urgence à leurs enfants. A leur stupéfaction, une fois entrés à cette salle où un courant d’air oblige tout le monde à se couvrir et chercher un coin moins exposé, ils se rendent compte que le numéro pris pour faire la chaîne dissuade plus d’un. Par ailleurs, la situation devient plus incontrôlable lorsqu’un père demande d’entrer illico-presto, affirmant que son enfant est dans un état critique alors que sa doléance est mal prise par les autres qui attendent leur tour, depuis des heures. Face à cette situation, c’est l’agent de sécurité qui tente bien que mal de faire régner le calme. Une situation des plus chaotique, dira un père d’enfant qui était dans l’obligation d’attendre une heure et plus pour que son enfant bénéficie d’une visite médicale. ‘‘Je pense que tout le monde sait que cet hôpital est la destination des parents qui se trouvent dans l’obligation de parcourir des kilomètres afin de s’occuper de leurs enfants, mais apparemment, les responsables ne le sont pas’’, dira une personne qui était dans tous ses états. Et d’enchaîner: ‘‘Les autorités compétentes devront agir de sorte que plusieurs médecins soient à la réception des malades et pas un nombre réduit.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*