Accueil » Chronique » Point de Vue: Pèlerinage: va-t-on vivre d’autres drames ?

Point de Vue: Pèlerinage: va-t-on vivre d’autres drames ?

C’était au fait une simple interrogation sur la possibilité qu’une tragédie comme celles vécues les années passées à la Mecque, pourrait–elle se reproduire, si jamais les autorités saoudiennes n’auraient pas assimilés les leçons des expériences passées…Faudrait-il le rappeler que les tragédies de 2014 et 2015 avaient si endeuillés des centaines de familles de par le monde, qu’elle ont laissé des stigmates, impossibles à effacer dans nos mémoires. Même si la responsabilité pénale des autorités saoudiennes n’est encore pas prouvée, elle en demeure toujours confirmée dans sa dimension morale, au point où même la réputation de ce pays et de cet Etat a été fortement secouée. Se charger d’une telle responsabilité à dimension mondiale, aussi délicate et aussi lourde, n’est pas un vain mot. Ce sont une centaine de nationalités, avec des langues, des dialectes, des mentalités différentes. Ce sont également plus de trois millions de pèlerins venant des quatre coins du globe, qui vont se réunir en même temps et au même endroit. Du point de vue finance, ce tourisme religieux rapporte beaucoup au trésor de l’Etat Saoudien, sans parler du «petit pèlerinage» de la Omra qui se fait à longueur d’année. Dans de telles circonstances aussi exceptionnelles, les possibilités que des accidents aient lieu sont supérieures à la normale. C’est justement là que les autorités du pays hôte, faisant usage des longues années d’expériences dans ce métier, doivent faire de leur possible afin qu’il y ait le minimum d’accidents qui sont ordinaires dans de telles situations. L’essentiel, c’est d’éviter les grandes catastrophes comme celles des années passées où des centaines de pèlerins paniqués avaient péri dans une bousculade… Le gouvernement de l’Arabie Saoudite – et espérons – est devant un défi exceptionnel, du moment que pas mal de voix se sont élevées, conduites par le gouvernement Iranien Chiite, traditionnellement hostile aux Al Seoud, afin de décharger le gouvernement de Riyad de cette responsabilité et la confier à une direction collégiale relevant de l’Organisation de la Coopération Islamique, une sorte de Ligue arabe mais avec une dimension Panislamique, réunissant environ 58 Etats. Pour les pèlerins eux mêmes ou leurs proches, s’exprimant dans leur foi et leurs croyances, il n’y a pas mieux que finir sa vie et être enterré dans ces lieux sacrés, auprès des personnages qu’ils vénèrent. L’on remarque que quelles que soient les difficultés financières et celles relevant de la longueur du trajet, aucun musulman algérien ou autre ne pourrait résister à la tentation de visiter ces Lieux.                                                   alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*