Accueil » Oran » La commission de candidatures du FLN installée: Grande confusion à propos des PV

La commission de candidatures du FLN installée: Grande confusion à propos des PV

Les choses sérieuses ont commencé à Oran à l’approche des élections locales (APC – APW). La Commission du FLN des candidatures, installée il y a plus de quinze jours au niveau de la mouhafada d’Oran, est à présent à pied d’oeuvre. Au sein du plus vieux des partis politiques, on insiste sur le fait que tous les dossiers de candidature «seront traités au même pied d’égalité» à la condition sine qua non que les critères d’éligibilité à la candidature soient respectés à la lettre. Le président de la commission des candidatures Mahi Khelil avait annoncé lors de l’installation de la celle-ci que tous les dossiers des candidats choisis par leurs kasmas seront traités et qu’aucun militant ou candidat ne sera exclu concernant le traitement des dossiers par la commission composée de 17 membres nommés d’office conformément au règlement et statut qui régissent le parti. Seulement voilà, quand on sait que dans les dossiers des candidats devra figurer éventuellement le procès verbal de kasma d’origine.
Les militants se sont posés dernièrement la question de savoir sur quel procès verbal doit se baser la commission de candidature. On croit savoir de sources concordantes que seuls les procès verbaux officiels (PV ) de kasmas issues du 10eme Congrès du parti seront choisis par le parti dans la perspective des prochaines élections locales. Néanmoins, on n’écarte pas, à ce propos, la possibilité de «fusionner» entre les procès verbaux du 10eme congrès et ceux issus de l’opération de restructuration des kasmas par les commissions provisoires de mouhafada concernant l’éligibilité à la candidature comme c’est le cas de la kasma de Bir el Djir. Autrement dit, il appartiendra aux commissions de kasmas en question de choisir leurs propres candidats dégagés à l’issue de la fusion entre les anciens et les nouveaux PV de kasma. Une chose reste certaine. Dans la maison FLN, à Oran, on récuse en bloc l’idée de l’existence de kamas parallèles.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*