Infos
Accueil » Monde » Violents affrontements entre forces de l’ordre et manifestants à El Aroui: Le Maroc sur une poudrière

Violents affrontements entre forces de l’ordre et manifestants à El Aroui: Le Maroc sur une poudrière

La région du Rif au Maroc est toujours sous pression. Les émeutes et les affrontements sont devenus récurrents. Pas plus tard que samedi dernier, des affrontements ont éclaté dans la ville d’El Aroui au Nord du Maroc, entre forces de l’ordre et manifestants. Bilan: plusieurs blessés. C’est de nouveau l’embrasement. Cette fois-ci, c’est la ville d’El Aroui qui en est le théâtre. Des manifestants sont sortis dans la rue en soutien aux détenus du Hirak mais aussi pour exprimer leur colère suite à la mort d’Imad El Attabi, blessé lors de la manifestation du 20 juillet à Al Hoceima. Certaines sources affirment que les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants ont duré jusqu’à minuit et plusieurs personnes ont été arrêtées. Sur les réseaux sociaux, on parle de plusieurs blessés. La tension reste cependant à son paroxysme face aux dépassements des policiers et on annonce déjà de nouvelles manifestations le 20 août prochain, à l’occasion de la Révolution du roi et du peuple où le roi devrait prononcer un nouveau discours. Depuis son dernier discours à l’occasion de la Fête du Trône, l’accalmie n’a été que de courte durée dans les localités rifaines, à commencer par Al Hoceima où des rassemblements initiés à la suite des funérailles de Imad Attabi, déclaré mort le 8 août après un coma d’une vingtaine de jours, ont donné lieu à de nouvelles arrestations dans les rangs du mouvement social. D’après Middle East Eye (MEE), qui cite des sources judiciaires, une quinzaine de jeunes activistes du Hirak ayant assisté aux funérailles de Attabi ont comparu ce samedi 12 août devant la chambre criminelle de la Cour d’appel d’Al Hoceima. Par ailleurs, des sources proches du Hirak dénombrent quinze autres activistes arrêtés entre vendredi et samedi, à Al Hoceima et Imzouren, lors d’une grande opération des forces de l’ordre en prévention de la tenue d’une marche demain 13 août à Imzouren. A Laroui, localité environnante, là aussi des affrontements avec la police anti-émeute ont été rapportés sur les réseaux sociaux, images à l’appui. Plusieurs manifestants ont été blessés et acheminés vers les centres de soin. Pour Mohammed Masbah, chercheur au Carnegie Middle East Center cité par MEE, le décès d’Attabi pourrait à terme constituer un point d’inflexion vers une radicalisation à teneur politique du Hirak. Plusieurs appels sont lancés en Europe et dans le Rif pour que la mobilisation se poursuive jusqu’au 20 août, jour de la commémoration de la Révolution du roi et du peuple, dont le discours royal est aussi attendu que celui de la Fête du Trône.

À propos B.L.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*