Accueil » Chronique » Point de Vue: OPEP rebelote!

Point de Vue: OPEP rebelote!

Ni l’OPEP, ni la Ligue arabe, ni l’Organisation de la Coopération Islamique, ni l’Union Africaine, non plus l’UMA, et le Conseil du Golfe, ne sauraient atteindre le comble de la réussite déjà merveilleusement atteinte par l’UE ou l’Alliance Atlantique. Savez-vous pourquoi avant de me condamner? Et bien, quand la souveraineté ferait défaut, rien ne saurait faire objet de réussite …Dans un monde où seul le plus fort à le droit de dire oui ou non et ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas. Il ne faut néanmoins pas attendre des prouesses de la part de ceux qui ne sont en somme, que des wagons dans la traîne de la locomotive des grands de ce monde. Où vais-je en revenir par toutes ces sornettes? Et bien, ce qui se passe dans l’OPEP, tous les accords visant à une réduction des quotas ont, semble-t-il, été «trichés» par quelques membres de cette OPEP. De telles «trahisons» – si je me le permet de dire – aura sûrement, son impact négatif, sur l’unité et la solidarité au sein du plus grand, cartel énergétique du monde. Le malheur pour cette organisation est qu’elle est spécifiquement tiers-mondiste. Savez-vous qu’au niveau des pays du tiers-monde, il y avait tout le temps des questions qui se posaient et s’imposaient, relatives à la nature des régimes qui commandent et aux questions ayant trait à leurs légalités. Donc, ces régimes sont dans un besoin vital et constant d’être…. ou d’inspirer leur légitimité des grandes puissances de la planète. Si vous arrivez à élucider cette équation, tout serait par la suite facile à en être saisi. Finalement, faudrait-il reconnaître qu’il ne serait pas aisé de faire avec des pays décharnés de leur souveraineté, des «alliances» ou tout autre projet visant à faire face à l’hégémonie des pays industrialisés. Il n’y a que ces pays qui se sont pris pour des géants de la terre qui décident de la hausse ou de la chute des prix du pétrole, du gaz ou tout autre chose. Ils maintiennent un contrôle presque parfait du commerce international, particulièrement le très sensible et vital marché énergétique. Parfois, l’on permet des hausses du prix du baril, parce que l’on sait que certains pays producteurs sont dépendants intégralement de la vente des hydrocarbures. Puisqu’ils ne produisent pratiquement rien, ils ont, donc, besoin d’argent pour s’acheter et s’approvisionner chez les occidentaux en produits manufacturés. Ces augmentations iront finalement dans les intérêts de l’économie des pays maîtrisant l’industrie et la technologie. Voilà, grosso modo, le jeu subtil et dangereux de l’économie mondiale.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*