Accueil » Chronique » Point de Vue: La grogne des éboueurs impayés

Point de Vue: La grogne des éboueurs impayés

Les ordures menacent El Bahia! La cause? Les éboueurs «les privés sous traitants» sont en grève. Pourquoi avaient-ils choisi ce moment difficile pour une grève inopportune? Les gars s’expliquent, en disant qu’ils n’ont pas touché un sou depuis trois ans! Trois ans!? Ils ont de la patience d’attendre toute cette durée, sans être payés, ces gars là! Ce sont incontestablement des champions de la résignation. Même en faisant la grève, personne ne va les écouter. Pourquoi? Parce qu’on est en période de vacances. Déjà le grand chef de la tribu, parait-il, se trouve en Espagne, afin de participer à l’effort touristique de ce pays «frère». Oran est au paroxysme de l’asphyxie, à cause du nombre de visiteurs et la désorganisation qui caractérise tout. Pourquoi, le chef de la tribu n’a-t-il pas préféré rester dans son bureau, au milieu de son «état-major», afin de chapoter à partir de son QG, la gestion de cette période estivale avec tous les problèmes qui en découlent? De toute façon, elle prendra fin, dans deux ou trois semaines au plus tard et le chef de la tribu aura largement le temps pour effectuer, sans contrainte sa «Omra» Espagne. Non seulement ça, mais notre Rédaction n’a pu joindre par téléphone, aucun des autres élus, c’est-à-dire les collaborateurs du Chef de la tribu. Autrement dit: l’Hôtel de ville serait déserté de ses responsables. Pourquoi les éboueurs n’ont-ils pas été payés pour les Services exécutés au profit de la Commune d’Oran ? Et bien, ça serait certainement une longue histoire, dont il faudrait mobiliser l’intégralité d’un magazine pour cerner tous les tenants et les aboutissants. Maintenant, qui est responsable ? Qui serait prêt à endosser les conséquences d’une telle cécité en gestion. Que ferait-on avec les spectaculaires décharges d’ordures, jonchant les rues et les boulevards d’Oran. Nous sommes, remarque–t-on, en pleine période de canicule et la ville suffoque par un surnombre de population à cause de flux touristique. L’on se tue par le truchement de la magouille pour arriver au poste de maire et d’élus, pour finalement l’on découvre qu’on va être surpassé par les problèmes complexes d’une métropole. Un véritable Etat dans l’Etat. Mais, il ne faut surtout pas s’inquiéter, du moment que rien de moche ne va survenir. Puisqu’il n’y aura pas de compte à régler, ni à l’ensemble des citoyens, ni aux responsables supérieurs.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*