Accueil » Actualité » Visite de l’ambassadeur de France au département de la communication: Les visas des journalistes et la formation au menu

Visite de l’ambassadeur de France au département de la communication: Les visas des journalistes et la formation au menu

Le refus de visa Schengen pour les journalistes algériens constitue le nœud gordien du dégel des relations bilatérales entre l’Algérie et la France en dépit des échanges au sommet entre les deux présidents algériens et Francais. La vice consule Annabelle averty a essuyé un refus catégorique aux demandes de visa formulés par des journalistes auprès de TLS contact à Alger pour des motifs jugés fantoches.
Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a reçu jeudi dernier l’ambassadeur de France à Alger Xavier Driencourt, avec lequel il a examiné les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans le secteur de la communication notamment la formation des journalistes, a indiqué un communiqué du ministère. Son excellence était déjà ambassadeur en Algérie pour un mandat de 05 années. L’audience s’est focalisée sur la «nécessité d’impulser une nouvelle dynamique en matière de coopération entre les deux pays dans le domaine de la formation des journalistes», Djamel Kaouane ayant «émis le souhait de relancer ce volet des échanges en mettant à profit les accords-cadres qui ont déjà été signés», précise le communiqué du ministère. Pour sa part, M. Driencourt, «tout en rappelant l’initiation d’opérations ponctuelles de formation, a convenu qu’elles doivent se poursuivre selon les engagements déjà pris sur le plan institutionnel, et a parlé de volonté de diversification de la formation dans plusieurs domaines inhérents à la communication et à l’information, que ce soit dans la presse écrite, l’audiovisuel ou l’univers numérique», ajoute le même source. Après l’audience qu’il lui a consacré, le week-end dernier, au siège du ministère de la Communication, Djamel Kaouane a transmis à son excellence l’ambassadeur de France, les préoccupations des journalistes algériens dont une centaine et plus ont été surpris par leur refus de visa après dépôt de leurs dossiers auprés de TLS contact.
Le ministre a saisi cette opportunité pour signifier au nouveau ambassadeur installé récemment, après le départ de Bernard Emié, pour présider la DGSE en France que ceci est un précédent dans les anales de l’Ambassade de France. Le ministre est conscient de cette problématique et a tenu, en outre, à «porter à la connaissance de l’ambassadeur les attentes des journalistes algériens concernant la prise en charge des visas et leur souhait de voir optimiser les délais de traitement de leurs dossiers. Signalant que ce traitement des dossiers de visa pour les journalistes est limité par un Rendez-vous de 04 mois alors que par le passé les journalistes jouissaient d’un traitement de faveur et étaient placés comme VIP au niveau de l’Ambassade à Hydra. Selon le dernier communiqué de l’Ambassade de France, celle-ci a mis fin au contrat des services de TLS contact dont le siège est situé aux deux bassains à Alger pour mauvaise prestation de services avec en sus cette manne estimée à des milliards de dinars tenue en possession de ce partenaire. Son contrat, selon l’Ambassade de France, expire fin décembre 2017. Cette problématique revient tel un leitmotiv et était au centre des pourparlers entre le ministre algérien et l’ambassadeur français.

À propos Nadira FOUAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*