Infos
Accueil » Actualité » Ecole supérieure de magistrature: Un nouveau programme de formation à partir de la prochaine rentrée

Ecole supérieure de magistrature: Un nouveau programme de formation à partir de la prochaine rentrée

Cap sur un système judiciaire moderne et solide. Ce qui fait dire que les réformes dans le secteur de la justice se poursuivent toujours. L’une des facettes de ce système est la formation de base solide et spécialisée. Dans ce registre, l’Ecole supérieure de magistrature (ESM) se dote d’un nouveau programme de formation qui tend à la hisser au rang des écoles de magistrature modernes dans le monde, compte tenu des «évolutions» du secteur en Algérie. C’est la concrétisation des objectifs de la réforme du secteur. Mais c’est aussi le vœu cher du président de la République en sa qualité de Premier magistrat du pays. De nouvelles spécialités et non des moindres seront enseignées telles que l’arbitrage qui est très en vigueur et exige une maîtrise parfaite de certains dossiers comme ceux relatifs aux litiges. Il est utile de noter que ce programme sera en vigueur dès la prochaine année scolaire à l’ESM. Tout compte fait, l’Ecole de magistrature veut perfectionner et moderniser ses programmes de formation. Un nouveau programme en effet introduit  »à partir de la prochaine année scolaire à l’Ecole supérieure de la Magistrature (ESM) », a annoncé mardi à Constantine, le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh. Le ministre s’exprimait à l’occasion de la cérémonie d’installation officielle du nouveau Procureur général près la Cour de Constantine, Benabdallah Mohamed Ben Lakhdar. Le ministre précisera que le programme de formation proposé à l’ESM  »répond aux évolutions et sera encadré par un staff pédagogique de haut niveau ». L’intégration d’un nouveau programme de formation au sein de la prestigieuse Ecole de la magistrature s’inscrit dans le cadre de « la poursuite des efforts de concrétisation des objectifs de la réforme du secteur de la justice, engagée par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika », a souligné M. Louh. Le ministre a affirmé que le processus de réforme en cours dans ce domaine « avance à pas sûrs et a déjà traversé d’importants parcours ». « Nous avons une vision à moyen et à long terme dans ce domaine », a souligné le ministre qui a révélé l’intégration, à titre d’exemple, dans le nouveau programme de formation à l’ESM de la spécialité de l’arbitrage pour permettre, a-t-il ajouté, aux magistrats  »d’acquérir le maximum de connaissances sur cette branche complexe et d’actualité ». D’autres spécialités seront également intégrées au titre du nouveau programme de formation à l’ESM, a ajouté M. Louh qui a mis l’accent sur l’importance de la formation de base continue et spécialisée dans la mise en place d’un système judiciaire solide et moderne. Pour rappel, le ministère de la Justice et conformément aux orientations et directives du Président de la République, accorde une importance capitale à la formation et au recyclage de ses employés à travers l’adoption notamment pour les magistrats  »d’un programme spécial de formation prenant en considération les avancées réalisées à travers le monde », a-t-il dit. Le ministre a rappelé les multiples avancées enregistrées dans le secteur de la justice algérienne du point de vue outils législatifs ou même cadre de travail. Le ministre a indiqué que ces acquis étaient  »le fruit des réformes décidées par le Président de la République et dont l’impact est aujourd’hui palpable ». Me.Benabdallah Mohamed Ben Lakhdar, le nouveau procureur général près la Cour de Constantine, remplace Me. Mohamed Abdelli, nommé président de la cour de Boumerdès, dans le cadre du récent mouvement partiel, procédé par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika dans le corps de la magistrature. Le ministre procédera ce jeudi à l’installation du nouveau Procureur général près la Cour d’Oran.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*