Accueil » Chronique » Point de Vue: Les listes parallèles, la hantise des partis

Point de Vue: Les listes parallèles, la hantise des partis

A l’approche des élections locales, la scène politique oranaise tente de se réveiller de son marasme dans lequel elle s’est plongée après une activité assez remarquée lors des élections législatives. Mais Oran semble encore étourdie, elle qui a passé plus de deux mois dans une véritable hibernation politique. Les partis, une fois leurs députés connus et officiellement installés, ont pris «congé» et ont déserté la wilaya. Aujourd’hui, l’on apprend presque par surprise que le parti d’Ouyahia, le RND, vit certains remous, sur la scène locale oranaise, fièvre des listes oblige! L’on apprend également que le vieux réflexe des listes parallèle fait sa réapparition comme durant certaines années où les militants et les responsables des bureaux locaux se croyaient libres à l’abri de l’emprise des quartiers généraux d’Alger. Cette fièvre risque de provoquer une dangereuse épidémie maintenant qu’elle s’est emparée d’une formation aussi solide et aussi disciplinée que le RND car les petits partis, comme on a pris l’habitude de les appeler, sont loin d’obéir à la rigueur partisane. Du coup, l’on risque bien de voir des dizaines de listes parallèles concoctées loin des cadres légaux et officiels. Mais pas seulement les «petits» partis qui seraient tentés par ces agissements, le FLN aussi peut se laisser prendre dans ce jeu, lui qui, bien avant les législatives, a vécu des péripéties graves que le secrétaire général, Ould Abbès, avait beaucoup de mal à dépasser pour sortir indemne. D’ailleurs, beaucoup parmi les cadres du FLN, lui tiennent encore à ce jour rancune et guettent la moindre occasion, la plus infime des opportunités, pour afficher, de nouveau, au grand jour, leur désapprobation et leur opposition. En fait, telle est la mentalité politique chez ceux qui estiment jouir d’un poids important sur la scène locale et veulent le marchander en vue d’une place stratégique sur les listes des candidats. Autrement, ils menacent de confectionner leurs propres listes, quitte à déclarer la guerre à leur hiérarchie. Maintenant que cette fièvre semble atteindre le RND, les autres formations politiques ne se sentent nullement épargnées. La hantise est bien là et les prochains mois seront, à coup sûr, très riches en coups bas, guéguerres et autres manoeuvres politiques. Tout cela à cause d’une ancienne faille qu’aucun parti n’a daigné combler et qui s’appelle la «transparence dans la gestion». A l’approche de chaque rendez-vous, les mêmes scénarios se répètent inlassablement et inévitablement.

À propos BOUHALI Abdallah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*