Accueil » Chronique » Point de Vue: Du logement en vrac

Point de Vue: Du logement en vrac

En dépit de ses insuffisances constatées au grand jour, ses malfaçons et tout ce que vous voulez, le secteur du logement resterait de loin le créneau où les choses ont l’air de bien marcher par rapport à d’autres secteurs où la stagnation ou bien le ralenti sont maîtres de la situation. Quelques-uns de nos chers lecteurs pourraient avoir l’envie de savoir, pourquoi ce secteur exactement est en train de se donner l’image d’un grand chantier dont tout le monde pourrait envier le dynamisme. Ce secteur, justement, est lié par un lien ombilical avec la stabilité et la paix sociales. Il constitue avec l’autre secteur du travail les deux préoccupations majeures dont les pouvoirs publics ne lâchent pas prise. Imaginez que les projets de construction et de logement ou bien ceux du travail, notamment les dispositifs de l’emploi des jeunes, n’ont pas réussi leurs programmes? La preuve, c’est que les secteurs de développement n’ayant pas une relation directe avec la question de ‘la paix sociale’, semblent être temporairement délaissés ou renvoyés aux calendes grecques. En plus de cette donnée, le secteur du BTP est une mine d’or, c’est-à-dire où l’on brasse le fric à gogo, pour les entreprises ayant opté d’investir dans ce domaine. Maintes personnalités politiques investissent et par le truchement de prête-noms, dans le secteur du BTP. C’est aussi le créneau où l’on bien «blanchir» son argent sale, en toute sécurité. Les ex-chefs terroristes, les barons narcotrafiquants et d’autres spécialistes de l’illicite y trouveraient un champ parfait, afin d’y recycler leurs pognons sales. En dépit, de toutes ces zones sombres du secteur du BTP, n’empêche que l’on s’est mis à acquérir de l’expérience et du savoir-faire. Le concours des entreprises étrangères a également fait en sorte que la main-d’œuvre algérienne, avait bien saisi ces opportunités, afin d’atteindre un degré de qualification plus performant, en côtoyant leurs collègues étrangers. Même, le côté administratif de la chose avait lui aussi pu se perfectionner et s’adapter aux nouvelles mutations que connaît le BTP. En somme, l’Etat pour les raisons citées plus haut, avait décidé de mettre le paquet en vue de réussir le pari du logement, sans ça, on ne peut pas imaginer, comment serait le sort d’un pays, qui vient de boucler ses 40 millions d’habitants. Sachant bien qu’il n’y a pas longtemps, on parlait de seulement 30 millions. Cette course démographique impose sa logique aux autorités et surtout aux «visionnaires». Ceux chargés de planifier et regarder dans les perspectives futures du pays.

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*