Accueil » Oran » Les enfants en sont des proies faciles le jour de l’Aid: Ces grillades de tous les dangers

Les enfants en sont des proies faciles le jour de l’Aid: Ces grillades de tous les dangers

Comme chaque mois sacré, on s’est un peu habitué à l’idée que la vente illégale des grillades fait partie des traditions et de l’ambiance ramadanesque. Le phénomène est de plus en plus dangereux et se paratique au su et au vu de tous. Cette vente illégale était constatée uniquement dans les marchés hebdomadaires «les souks» hors du tissu urbain. La nouveauté est que cette fois-ci, ce sont des vendeurs de la restauration rapide qui colonisent les bords des trottoirs des villes, en particulier les quartiers d’Oran y compris les quartiers résidentiels. Ces quartiers voient s’élever après le f’tour de gigantesques fumées de grillades offrant un spectacle qu’on ne peut rater. Ces individus, aux comportements parfois douteux, s’adonnant à l’activité -simple et facile- de la consommation des grillades sur place, et se contentent de s’approvisionner en viande, en matériel rudimentaire, et de choisir une parcelle du trottoir et le tour est joué. Tout un marché est mis en place, sans aucun document. Les brochettes de viandes «mechwiya» sur place n’attendent que les citoyens inconscients des conséquences, qui n’hésitent pas d’ailleurs à consommer un produit dont ils ne connaissent ni la provenance ni son hygiène. Des morceaux de viandes étalés et saupoudrés de poussière, du pain découvert enrobés d’une couche de gaz échappé de tuyaux de voitures. Adultes et enfants se ruent dans «l’obscurité» sur ces marchants non identifiés dans l’inconscience la plus totale. En plus du problème de santé publique que peut poser ce genre d’activités spontanées, les colonies de «chwa» longeant les route gênent la circulation des piétons et aussi celle des voitures. Un spectacle anarchique, dégradant l’image d’El Bahia Wahran, est offert par des hors la loi, sous le regards des services de l’état qui sont armés de toutes les lois et réglementation pour mettre un terme à cette situation des plus honteuses. C’est une vraie clochardisation de la ville. Demain, c’est l’Aid, les proies les plus faciles sont les enfants qui ont ramassé quelques pièces de monnaie ou quelques billets. Ces innocents enfants, loin des regards de leurs parents, n’hésiteront pas à consommer inconsciemment ces grillades de tous les dangers. Il faut dire que si ces activités commerciales spontanées sont «tolérées», elles restent incontrôlables dans l’immédiat, elles auront sans aucun doute, à l’avenir des répercutions considérables sur les mentalités des jeunes. Le droit à la «clandestinité» ne sera-t-il pas acquit par la force du marché illégale, et surtout par la complicité du citoyen et le silence des autorités concernées ? Une question qui mérite bien une réponse.

À propos A.Kader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*