Accueil » Actualité » Le chef d’Etat français bientôt en Algérie pour une visite officielle: Que cherche donc Macron?

Le chef d’Etat français bientôt en Algérie pour une visite officielle: Que cherche donc Macron?

Le président français, Emmanuel Macron, se rendra bientôt en Algérie. La date de cette visite de coopération pour consolider les relations bilatérales entre l’Algérie et la France n’a pas encore été arrêtée. La France ira aux urnes, aujourd’hui, dans le cadre des élections législatives du 11 et 18 juin et il est attendu que le parti d’Emmanuel Macron «La République en marche» qui enregistre un vrai ras de marée, serait le vainqueur de ces élections, selon les sondages. Ceci explique l’ambiguïté qui entoure la date de la visite en Algérie de Macron. Le nouveau président français avait promis, lors de sa dernière visite en Algérie, en tant que ministre de l’Economie, de hausser cette relation de coopération entre les deux pays. Lors de sa campagne électorale, le candidat à la présidentielle avait lancé des signes forts envers l’Algérie en reconnaissant tout d’abord officiellement qu’il y a eu crime contre l’humanité, ce qui d’ailleurs a soulevé le courroux de la candidate du FN, Marine Le Pen, connue pour ses prises de positions antisémites, racistes et xénophobes. Emmanuel Macron, le plus jeune des présidents français, joue la carte de l’apaisement puisqu’il jouit d’une grande assise de la part de notre communauté algérienne établie en France qui l’a porté haut pour vaincre sa rivale du Front National et le porter aux commandes de la 5ème République. Cette visite en Algérie après la frilosité ayant émaillée la relation bilatérale entre la France et l’Algérie en 2016 coïncide avec la future confection de la première loi antiterroriste du quinquennat Macron d’où l’Algérie se targue d’être pionnière en la matière de par son expérience dans la lutte antiterrorisme et l’attachement commun de la France et l’Algérie pour réussir cette lutte, soulignant le « très bon niveau » de coopération des deux pays dans ce domaine. En fait, que cherche Macron à travers cette première visite en tant que chef d’Etat français qui s’inscrit dans le cadre de la consolidation des relations de coopération entre l’Algérie et la France après le dégel ayant émaillé cette relation et les mots déplacés lancés à partir du Mali concernant l’Algérie?
Le terrorisme menace la stabilité de la France et l’urgence pour le nouveau président est de veiller sur la sécurité de la France. Le choix de l’Algérie n’est pas fortuit. La première loi antiterrorisme de Macron dont les grands axes ont été publiés, jeudi dernier, sur le journal «Le Monde», a suscité de vives polémiques et quelques grincements de dents de la part de la gauche française. Cette loi sera présentée le 21 juin au niveau du Conseil des ministres français pour renforcer et stabiliser l’arsenal législatif de lutte contre le terrorisme. Signalons que l’ex-ambassadeur de France, Bernard Emié, vient d’être nommé au poste de premier responsable de la DGSE en France, par contre, le poste d’ambassadeur d’Algérie en France est toujours vacant depuis le mois de décembre dernier suite au limogeage de l’ex-ambassadeur Ammar Bendjama. Sur le plan économico-financier, la France est classée comme étant le premier investisseur hors hydrocarbure de l’Algérie. Grâce aux différents projets, entre autres, celui du transport et de la formation et enfin la sous-traitance, les domaines dont lesquels la France intervient, restent l’automobile et la santé d’où l’appel lancé à l’élargissement de la loi sur l’investissement. La France demeure le premier pays d’accueil d’étudiants algériens, selon la dernière visite de l’ex-ministre de l’Education, Nadjet Vallaud Belkacem. Elle accueille 22.000 étudiants chaque année. Les universitaires algériens devront, à en croire ses propos, bénéficier des services de « Campus France », une institution française qui possède des antennes à Alger et Oran et qui est spécialisée dans l’octroi de bourses aux étrangers désirant étudier en France et l’organisation de leurs séjours.

À propos Nadira FOUAD

Un commentaire

  1. Sur les traces de ces prédécesseurs notamment son père adoptif FARID Hollande, la France Afrique et la politique ARABE de la France ont de beaux jours devant elles……………….!!!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*