Accueil » Oran » Un cas de cancer diagnostiqué quotidiennement à cause du tabagisme et de chicha: «Alerte» dans les esplanades vertes durant ce ramadhan

Un cas de cancer diagnostiqué quotidiennement à cause du tabagisme et de chicha: «Alerte» dans les esplanades vertes durant ce ramadhan

La situation semble beaucoup plus délicate et complexe à la fois. Jamais la question de la chicha n’a été un fléau aussi sensible que cette année, particulièrement durant ce ramadhan. Sa consommation a pris des proportions dangereuses, selon un responsable du service de la prévention de la DSP d’Oran. Qu’est-ce qui a changé ce Ramadhan? Pourquoi nos jeunes se rabattent de plus en plus vers ce produit «étourdissant»? Chaque jour, le service de la prévention de la Direction de la Santé et de la Population (DSP) de la wilaya d’Oran «diagnostique un (1) cas de cancer suite à la consommation du tabagisme passif (chicha, contagion par un fumeur, etc…) ou tabagisme actif», note Dr Boukhari, responsable de la cellule de communication de la DSP d’Oran. «Nous ne sommes pas devant un mal éphémère mais devant une machine qui a pour cible le corps humain particulièrement celui des jeunes», estiment des spécialistes. Depuis le début du mois de ramadhan 2017, il est, en effet, constaté de plus en plus de cas d’ingurgitation de tabagisme passif à Oran. Suite à une inspection effectuée par le service de prévention de la DSP de la wilaya, il a été relevé que «le nombre de fumeurs de cette substance nocive ne cesse d’augmenter» par rapport à l’année dernière, estime à cet effet le même responsable. Cette inspection a été menée à El Akid, au jardin des falaises, au boulevard de l’ANP ainsi que dans certains cafés qui proposent la chicha, selon lui. Un rapport détaillé sera rédigé par la DSP sur ce fléau et sera transmis à la tutelle et à d’autres organismes concernés. Pour notre part, on a constaté lors de notre virée dans certains quartiers d’Oran que la consommation de la chicha après la rupture du jeune dans certains espaces verts à hai Sabah est criarde. Parlant de ce produit, plusieurs maladies contagieuses sont susceptibles d’être générées telles que la tuberculose et l’hépatite A. On se souvient que le 1er jour du ramadhan de l’année 2016, la scène locale avait été ébranlée par le décès d’un jeune oranais de 23 ans suite à la consommation «excessive et à jeun» de la chicha. Depuis, le branle-bas de combat et des opérations de contrôle ont été enclenchées sur le terrain par la DSP, la DGSN et l’APW. Plusieurs décisions, rappelons-le, avaient été prises telle que la fermeture dans la ville d’Oran de pas moins de neuf (9) cyberchicha. Il convient de signaler que les types de cancer causés par le tabagisme et cette substance sont «les bronchiques, le cancer des poumons, le cancer du cavum et le cancer de l’estomac», ajoute Dr Boukhari.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*