Accueil » Chronique » Point de Vue: Paysage «plastifié»…

Point de Vue: Paysage «plastifié»…

Faut-il imaginer une solution consistant à un retour au panier d’antan? Oui, effectivement, le sachet en plastique a envahi notre vie, a esquinté notre environnement. Même ce charme d’autrefois, lorsque le panier était le conteneur de nos courses n’est plus…. Il suffit de voir les champs et les prairies, hors de la ville comment sont–ils devenus. Et, même à l’intérieur des villes, les rues sont jonchées de ce «phénomène» environnemental. Trois facteurs se sont alliés pour créer cette situation déplorable: d’abord, nous avons une sur-utilisation du sachet en plastique comme emballage, vu son coût relativement bas pour les commerçants. Ensuite, il y a un second facteur, lié directement aux méthodes «inefficaces» avec lesquelles l’on gère le problème du sachet en plastique après son utilisation et de la façon avec laquelle l’on exécute l’entretien des villes, des agglomérations et des régions champêtres. Le troisième n’est autre que la nonchalance de la part du citoyen lui-même, donnant l’impression «du pas du tout» concerné par ce qui passe. Pour lui, c’est l’affaire exclusive de l’Etat. Il y a quelques mois, nous avons dit sur les lignes de cette même chronique que les questions de l’environnement seraient la dernière dans le hit parade des préoccupations des autorités, en amont et en aval… Donc, le sachet en plastique est devenu un créneau considérable dans le secteur industriel. Ce sont des chiffres d’affaires énormes, réalisés par les fabricants de ce produit et une armée de travailleurs qui gagnent leur pain par ce métier. Les pouvoirs publics sont conscients du problème puisque il existe dans chaque wilaya une direction chargée de suivre les questions liées à l’environnement. Mais ces pouvoirs publics n’ont pour le moment aucune alternative prête à être mise en exécution afin de débarrasser nos champs et nos villes de cette « épidémie environnementale ». L’unique issue, cependant, serait de faire semblant comme si de rien n’était. Il faut faire un petit tour et jeter un clin d’oeil pour voir les massacres constatables dans les forêts, sur les plages et même dans les dunes du grand Sud, pour se faire une idée sur ce que pourraient valoir les questions de l’environnement chez les Algériens, gouverneurs et gouvernés. Le sachet en plastique fait rage, il n’y a pas d’objection là-dessus. Mais, il reste tout de même un des facteurs abîmant à longueur d’année le paysage et par conséquent la santé du citoyen et de la nature…cette nature qui n’a pas encore trouvé, à qui se plaindre.

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*