Accueil » Chronique » Point de Vue: Un makhzen face à l’incertain

Point de Vue: Un makhzen face à l’incertain

Ce qui se passe au Maroc, n’est pas un «chahut d’enfants, selon une expression bien de chez nous. Les informations, en provenance de notre voisin de l’ouest, ne peuvent que réitérer nos inquiétudes. Parait-il, le dérapage vers l’incertain commence à prendre forme de non retour. La tache d’huile s’agrandit chaque jour et le gouvernement de «sa majesté» commence à prendre les choses au sérieux. L’histoire du tunisien Bouazizi dont un acte irresponsable avait, rappelle-t-on, déclenché une révolution ayant fini par détrôner le président Benali et son système, est toujours là, ancrée dans les mémoires pour dire que ce sont les petites étincelles qui font les grands incendies. Cette leçon, devrais-je rappeler, n’est pas uniquement bonne pour le successeur du redoutable Hassan II, mais pour tous les Etats riverains. Surtout ceux qui croient sincèrement qu’ils sont à l’abri de ces choses-là. Les grandes révolutions ayant fini par renverser à jamais des régimes ancestraux, ont toujours pris racine dans des petites insurrections parfois loin de tout soupçon. Quand un Zafzafi casse le carcan de la peur et fonce, en défiant l’autorité du makhzen, sachez que tous les gens du royaume, refoulant des injustices depuis des années, trouveront l’occasion propice pour y exprimer leur colère et de toute façon se ranger au côté de l’insurgé. La monarchie marocaine et à l’instar de tous les pays arabes et du tiers-monde, avait misé sur le credo de la modernité. Bien sûr en donnant un sens «imbécile» à ce concept. Ils ont laissé de côté l’esprit de cette modernité dont ils se réclament, qui n’est autre qu’une authentique démocratie, une justice sociale et un état de droit. Singer un occidental dans sa façon de marcher ou de manger n’est pas de la modernité mais de la simple simagrée sans esprit vivant. L’autre face de l’insurrection de la région du Rif n’est pas uniquement une réaction violente face à une injustice subie par un citoyen ayant fini outre-tombe. Beaucoup de citoyens de cette région ne se considèrent pas comme des Marocains. Ils réclament une identité rifaine qui ne serait autre que le prolongement de celle proclamée dans les années vingt par le chef de l’insurrection rifaine contre les occupants espagnols, A.Khattabi. A bien regarder les images du mouvement protestataire véhiculées par les médias et les réseaux sociaux, l’on peut bien remarquer les drapeaux de cette entité arborés par les manifestants. Ces tendances séparatistes ne sont pas, au fait, le lot de l’unique Maroc. A bon entendeur.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*