Infos
Accueil » Chronique » Point de Vue: La grève est une culture, pas un acte irresponsable

Point de Vue: La grève est une culture, pas un acte irresponsable

Les travailleurs de la compagnie nationale Air Algérie ont hier, mardi 16 mai, entamé une grève. Jusque-là, les choses peuvent paraître logiques et légales puisque nous vivons dans un pays démocratique, garantissant les droits de chacun. Mais à première vue, cette grève et en se référant aux textes réglementant le recours à la grève comme étant l’ultime moyen de revendiquer ses droits, elle n’est pas légale. Une grève sans prévis resterait illégitime et serait en plus un délit durement réprouvable, du moment qu’elle va provoquer des pertes et des désagréments pour la compagnie elle-même et surtout pour ses clients. Donc, faut-il distinguer entre l’acte légitime reconnu et statué par les lois et la façon de procéder pour l’accomplir, et qui sans préavis, elle risque de produire l’effet contraire. De toute façon, ce n’est pas la première fois que nous vivons de telles aventures en revendiquant des droits, tout en piétinant les lois et les règlements. Ce sont des scènes dont nous avons l’habitude d’en être témoins, dans d’autres secteurs où des massacres ont été perpétrés. De toute façon, ce ne sont pas uniquement les grévistes indélicats d’Air Algérie qui feignent ignorer les lois, mais les lois et les règlements sont piétinés en amont et en aval. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle, ces travailleurs et cadres d’Air Algérie semblent ne pas craindre aucune dissuasion, puisque ils savent bien qu’ils sont au pays de la « tolérance et de l’impunité ». Dans quelques heures ou quelques jours, l’on va entendre que le travail a été repris et les choses vont bon train. L’on a l’impression d’être devant des comportements relevant de l’émotivité enfantine. Si ce pays aime se considérer comme un Etat de droit par ses textes et ses déclarations officielles, il resterait loin, bien loin de cet idéal par les comportements et la pratique diamétralement en opposition, constatable sur le tas. Pour dépasser cette situation du chaos où chacun se surestime, il n’y a pas d’autres alternatives que l’application stricte et rigoureuse de la loi, d’abord par ceux l’ayant promulgué. Entre un Etat moyenâgeux coutumier et un Etat relevant de la modernité, il n’y a qu’une petite ligne de démarcation : c’est l’Etat de droit où toutes les relations sont régies par les lois. L’on ne veut guère que les choses soient gérées ainsi, pour la simple raison que l’on a vraiment trouvé ses comptes, dans cette situation du chaos juridique. Pas un vide juridique, mais une abstention dans la mise en application des textes juridiques.
Alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Un commentaire

  1. A Air Algérie (*) ce sont ceux qui sont surpayés qui font grève pour demander des augmentations des salaires (les Pilotes, les stewards et les techniciens avions) Ces trois corporations possèdent des syndicats « AUTONOMES », le reste des personnels affiliés à l’U.G.T.A, sous payés ils ne font jamais grève……!!!

    (*) Depuis le début, aucune de ces grèves n’a été déclenchée conformément aux lois 90-11 et 90-02 régissant le droit de grève….!!!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*